Ils sont une trentaine de joueurs à avoir porté les vareuses d’Anderlecht et du Standard. Le premier a été Paul Van den Berge, Unioniste au départ mais passé directement du Standard à Anderlecht en 1967. Le dernier est Benito Raman, débarqué au parc Astrid cet été après avoir joué au Standard de 2016 à 2018.

Le passage d’un rival à l’autre n’a pas été perçu de la même manière selon les joueurs. Les Rouches passés chez les Mauves ont plus souvent été conspués que l’inverse, d’ailleurs.

Jean Thissen, passé du Standard à Anderlecht en 1974, racontait il y a moins d’un an, dans ces colonnes, son premier retour en bord de Meuse : "Sclessin était un volcan qui me huait à chaque touche de balle. Le public chantait ‘Des sous, Jeannot, des sous !’"

Thissen avait rejoint Anderlecht pour y obtenir un contrat plus intéressant, "cinq fois ce que je gagnais au Standard", précisait-il.

Steven Defour n’a pas fait le trajet direct de Sclessin à Anderlecht, puisqu’il était passé par la case Porto. Mais l’ancien capitaine rouche, une figue des conquêtes liégeoises de 2008 à 2011, avait besoin de se relancer, sur un plan sportif.

Il avait tenté une approche auprès de Roland Duchâtelet, alors président du Standard, mais avait été éconduit. Anderlecht a profité de l’occasion pendant l’été 2014 ; tout le monde a encore en mémoire la banderole, déployée par les Ultras le 25 janvier 2015, de la tête de Defour, décapité. Le Diable rouge avait été exclu, à la suite de deux cartes jaunes, pour avoir dégagé le ballon dans les tribunes.

Quelques années avant, c’est Ivica Mornar qui avait goûté à la colère des supporters liégeois. Passé du Standard à Anderlecht en 2001, il avait eu droit à ce message : "Ivica, nous jugeons les traîtres comme dans ton pays", en référence à la guerre en ex-Yougoslavie.