Les Brugeois ont à nouveau fêté leur titre: "Mes excuses à la prof de mon fils pour mon état ce lundi matin"

Vormer, Mignolet, Rits et Clinton Mata ont bien fêté ce 18e titre du Club Bruges.

Les Brugeois ont à nouveau fêté leur titre: "Mes excuses à la prof de mon fils pour mon état ce lundi matin"
©BELGA

Les deux premiers moments émotions de la partie, c’était évidemment la montée au jeu de Vormer, puis la sortie de Mignolet, sous les applaudissements.

"C'est un sentiment fantastique, commentait le capitaine. Surtout d'être champion cinq fois avec le Club Bruges, peu de personnes peuvent en dire autant. L'année a été difficile, mais on savait qu'on pouvait revenir. Mon dernier match ? Je ne sais pas, je verrai bien pendant mes vacances, mais il me reste une année de contrat."

Mignolet a aussi été mis à l'honneur, mais c'était plutôt pour saluer ses dernières prestations, vu qu'il devrait encore être présent en 2022-2023. "Je présente déjà mes excuses à l'institutrice de mon fils pour mon état demain matin, quand j'irai le déposer à l'école, souriait-il. Je tiens à remercier deux personnes qu'on oublie souvent : le nouvel entraîneur des gardiens Carlo L'Ami et la société qui a récupéré la pelouse du Jan Breydel, alors qu'elle était très abîmée par une maladie, fin 2021. Cet hommage ? Le coach n'était pas obligé de le faire, c'était beau. Je ne suis pas souvent dans l'émotion, mais là c'était vraiment spécial. Un grand moment dans ma vie."

Cette joie, Clinton Mata et Mats Rits l’ont vécue depuis les tribunes.

"Mentalement ? J'ai tout de suite eu un déclic dans ma tête pour penser à ma revalidation, affirmait Rits. J'ai toujours fait partie du groupe, j'ai fait les déplacements à l'Union et à l'Antwerp dans le bus avec les joueurs, j'étais présent dans le vestiaire, même à la mi-temps. J'ai discuté avec certains pour souligner ce qui allait et ce qu'il fallait corriger. J'ai essayé de leur apporter un petit quelque chose." Et il était tout aussi euphorique : "L'émotion n'est peut-être pas identique à mes coéquipiers qui étaient sur le terrain, mais vraiment pas loin. Ibiza ? C'était plus calme pour moi, car j'étais en béquilles. Mais c'était un chouette moment en équipe, ça a fait du bien au groupe."

"Le plus beau des trois titres"

Également blessé, Clinton Mata a même un peu trop fêté le titre, avec une chute désormais mémorable depuis le bateau qui transportait tout l'effectif. "Ce n'était pas dangereux. On avait dit qu'on ne publierait rien sur les réseaux sociaux, mais ce n'est pas grave. La joie et la fierté étaient grandes après le match à l'Antwerp, car on revenait de loin. Peu de gens misaient sur nous à la fin décembre ou début janvier. Selon moi, ce titre est plus beau que les deux précédents, pour cette raison."

Tout comme Vormer, le défenseur pourrait quitter la Venise du Nord. "Je ne l'ai pas caché. Après trois titres de suite, si une offre se présente, j'y réfléchirai. Je garde la porte ouverte. Et je suis très reconnaissant envers les supporters et les dirigeants. Ils me donnent beaucoup de confiance et je leur rends sur le terrain."

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be