Bruges serein, les Mauves sous pression

FC Bruges

Michel Dubois

Publié le

Bruges serein, les Mauves sous pression
© Photonews

Wesley Sonck, à la fois buteur et très altruiste


Polak : "Bruges est favori : allons au combat !"


Mathijssen : "Nous, favoris ? Etrange"


Posez vos questions à Alan Haydock: le VIP de la semaine prochaine


BRUGES "On est favoris ? A mes yeux, cela signifie que nous avons accompli, jusqu'à présent, un bon parcours. Mais le retard qu'Anderlecht accuse sur nous est insignifiant. Le Sporting est confronté à quelques problèmes. Le sommet se profile-t-il pour autant à un meilleur moment pour nous que pour lui ? J'avoue que je ne pourrai répondre à cette question que dimanche à... 14 h 45."

Wesley Sonck sourit. Il l'a fait souvent cette saison. Parce qu'il a, enfin, pu mener une préparation complète, le buteur brabançon a recouvré la plénitude de ses moyens. Il convainc, à la fois comme avant de pointe et comme attaquant en soutien. Il en convient : "Je ne suis pas mécontent de mon premier tiers de championnat. J'ai mûri au fil du temps. Je me connais de mieux en mieux. Je ne cherche pas l'exploit individuel. J'ai appris à jouer plus simplement, je suis devenu plus collectif. On ne peut certes pas m'accuser d'égoïsme. Je m'éclate toujours autant quand je marque mais je ne suis plus obsédé par le but : quand je m'aperçois qu'un équipier est mieux placé que moi, je lui cède toujours le ballon."

Wesley Sonck s'épanouit cette saison au Club Bruges. Il se félicite surtout de l'association offensive qu'il compose avec Akpala.

"La ligne d'attaque constitue un des gros atouts de cette équipe, se réjouit-il. C'est un régal d'évoluer au côté d'Akpala. D'abord parce que Joseph est un type... anormal : il ne se passe pas une heure sans qu'il éclate de rire. Mais aussi parce que nous nous comprenons de mieux en mieux sur la pelouse. Nous nous sentons, nous nous devinons. Nous pouvons pratiquement déjà nous trouver les yeux fermés. Plus nous évoluerons ensemble, plus nous nous comprendrons. Nous sommes tous deux à la fois buteurs et distributeurs d'assists : c'est la meilleure preuve que nous constituons un... vrai couple d'attaquants."

Wesley Sonck en est persuadé : la ligne offensive peut se révéler plus incisive encore.

"Les attaquants restent toujours tributaires des services qui leur sont destinés. Nous pouvons être mieux servis encore. Nabil Dirar, par exemple, dont plus personne ne met en doute son talent, doit encore apprendre à doser ses efforts. À mieux sentir quand il peut engager une série de dribbles ou quand il doit servir un partenaire. Je l'y aide par mes conseils, dans le souci d'accroître l'efficacité collective."



© La Dernière Heure 2008

Vos articles Sports

Newsletter Sports+

Fil info