Le Club a achevé son match à dix. Touché à l’ischio, Deli avait regagné prématurément le vestiaire. Est-ce inquiétant pour mercredi ? Le tout début de la semaine le précisera.

Les Brugeois n’ont commencé à évoquer le PSG que ce dimanche. Leur philosophie est simple. Hans Vanaken la formule : "On n’a rien à perdre et tout à gagner. On va s’efforcer de contrarier au maximum cette belle équipe, qui ne se résume pas au seul Mbappé. L’essentiel est qu’on n’ait rien à se reprocher au coup de sifflet final".

Le meneur de jeu du Club est en forme : "Jamais encore, à ce stade de la compétition, je n’avais inscrit huit buts".

Il est un autre Brugeois que le public apprécie de plus en plus et à juste titre : l’arrière gauche Eduard Sobol. L’Ukrainien prend doucement le pas sur Ricca. Il n’est que loué. Les fans aimeraient que Bruges l’enrôle. Tout était dit sur ce match limpide. La preuve ? Les coachs n’ont fait l’objet d’aucune question…