La campagne européenne a donné énormément de confiance aux Brugeois. 

À tel point qu’ils ne craignent désormais plus les Red Devils, malgré la mésaventure de 2015, avec une élimination 1-7 en barrages de la C1. "Nous avons montré en Ligue des champions que nous pouvons rivaliser avec des équipes comme le Paris Saint-Germain ou le Real Madrid. Ce sera intéressant de voir où face à une équipe anglaise", a commenté Simon Mignolet, avant la rencontre de ce jeudi soir (18 h 55).

Manchester United sera favori, mais plus question de parler de Petit Poucet ou d’oiseau pour le chat, dans le camp belge. "On doit jouer un bon match ce jeudi, pour s’offrir une finale à Old Trafford. On va proposer une bonne organisation, mais ce sera important de marquer", affirme celui qui a défendu les cages du club rival, Liverpool. Hors de question de bétonner ou de stationner le bus. Les coéquipiers de Simon Mignolet se montreront ambitieux.

Il faut dire que les Red Devils sont actuellement septièmes de Premier League, bien loin du niveau affiché par le Real Madrid ou le PSG. La formation de Solskjaer est-elle plus forte que le Club Bruges ? Probablement. Mais si les Blauw en Zwart parviennent à rectifier le tir au niveau offensif, vu les nombreuses occasions galvaudées qui leur ont coûté des points en C1, ils pourront rivaliser sur deux rencontres avec United. "L’écart s’est réduit. En 2016, nous n’avons pris aucun point en Ligue des champions, alors qu’on en a pris trois cette fois-ci. Et qu’on méritait mieux, clame Philippe Clement. Le groupe est impatient d’en découdre, d’autant plus que nous n’avons rien à perdre." Le mentor local a toutefois rappelé que les Mancuniens venaient de battre Chelsea ce lundi (0-2) et étaient les seuls à avoir accroché Liverpool en championnat.