Au lendemain du match nul entre Bruges et le PSG, l'heure est au bilan. Côté français, les médias louent les mérites des hommes de Philippe Clément tout en pointant les lacunes d'un Paris pas encore rodé.

"Si une équipe méritait mieux, c'est bien Bruges"

Pourtant improbable avant le match tant l'affiche paraissait déséquilibrée, Eurosport souligne que le PSG s'en sort bien en ramenant un point du Jan Breydel. "C'est presque un moindre mal pour le club de la capitale de ramener un point de Belgique. Si une équipe méritait mieux, c'est bien Bruges".

Le journal sportif n'hésite pas à souligner l'énorme travail de Hans Vanaken, le capitaine brugeois. "Kylian Mbappé, bien que décisif, a pour sa part manqué de justesse. Contrairement à Hans Vanaken, impérial dans son rôle de chef d'orchestre au sein d'une équipe belge où chaque élément s'est montré performant".

Le média français a ensuite allumé les hommes de Mauricio Pochettino, notamment au niveau de l'attitude montrée sur le terrain: "Le manque de repères peut s'expliquer, pas celui de caractère. On attendait un feu d'artifice, on a eu droit à un pétard mouillé".

Avant de terminer par une stat sans appel. "16 tirs pour le FC Bruges, 9 pour le PSG. Cela résume déjà la domination des Belges sur cette rencontre".


"Paris a vite été rattrapé par les insuffisances de son bloc"

Du côté de RMC, même constat. Le trio MNM n'a pas brillé ce mercredi soir, au contraire du secteur offensif brugeois. "Finalement, ce n'est pas le trio Messi-Mbappé-Neymar qui s'est le plus illustré dans cette rencontre. Bruges a fait souffrir l'équipe parisienne avec sa jeune attaque formée par Noa Lang (22 ans), Charles de Ketelaere (20 ans) et Kamal Sowah (21 ans)".

Le média sportif a lui aussi souligné la prestation XXL de Vanaken. "Paris a vite été rattrapé par les insuffisances de son bloc, que Hans Vanaken a su exploiter à merveille pour égaliser à la 27e".

"Le PSG a vécu un calvaire sur la pelouse du Jan Breydel"

Pour analyser cette rencontre, Le Parisien revient sur la large victoire du PSG ramenée de la Venise du Nord il y a près de deux ans (les Français l'avaient alors emporté 0-5). "Deux ans après être venu se régaler ici même, avoir vu 'Kylian le barbare' signer son premier triplé sur la scène européenne et 'Mauro le taureau' y aller de son doublé, le PSG a vécu un calvaire sur la pelouse du stade Jan-Breydel à l’occasion du lever de rideau de sa nouvelle campagne européenne".

Ce faux-pas servira peut-être de leçon aux Parisiens. "Ce match aura peut-être permis à Paris de voir ce que serait aussi une partie de sa saison, du prix qu’il faudra savoir payer face à des adversaires qui, face à une armée de stars, auront tous le mors aux dents".

"Messi-Neymar-Mbappé, la magie n'a pas encore opéré"

Du côté de L'Equipe, on souligne le trio magique qui n'a pas encore impressionné. "Le trident Messi-Mbappé-Neymar a globalement déçu, la formation parisienne a été surpassée dans l'envie et l'intensité par un très bon collectif brugeois".