Les montées au jeu des avants ont plus convaincu que la permutation des keepers.

Dix-huit sur dix-huit à domicile et un pécule confortable - neuf unités d’avance sur Anderlecht - avant d’aller défier ce dernier au stade Vanden Stock : le Club Bruges a atteint son objectif.

Le leader pourra se présenter confiant dans la capitale s’il n’y reproduit pas la première période qu’il a livrée contre Saint-Trond, son dauphin d’une journée, dont la bonne organisation défensive lui a posé trop de problèmes pendant 45 minutes.

Comme à Genk mercredi, le Club a cafouillé avant le repos, même s’il est rentré au vestiaire en menant à la marque. Ses constructions se sont révélées laborieuses, empruntées, trop lentes et bien trop imprécises et le but qu’il a encaissé était pour le moins évitable.

Ivan Leko avait tranché : il avait préféré, pour la première fois, Hubert à Horvath : "Mon jeune gardien américain est en proie à une pression trop intense. Il a besoin de retrouver sa sérénité", a expliqué l’entraîneur.

Guillaume Hubert, son remplaçant, n’a pas semblé libéré. Sur le centre d’Antunes converti par la tête d’un Legear entreprenant, il est demeuré statique. Il a manqué de réaction sur le coup de tête du Liégeois. Mais il partage la responsabilité du but avec Mechele, bien mal positionné sur le centre.

Ce but trudonnaire n’a toutefois pas prêté à conséquence. Par Vormer, après une combinaison avec Cools puis par Denswil sur un coup de coin du même Vormer, le Club avait repris l’avantage.

Il allait l’accentuer à la reprise. Ivan Leko avait, très vite, opéré deux changements judicieux : il avait fait monter au jeu Diaby et Vossen en remplacement d’un Dennis transparent et de nouveau incapable de dribbler son opposant et de Wesley, travailleur mais moins à l’aise dans son rôle de pivot.

Diaby allait couronner sa prestation intelligente d’un but de sang-froid et Vossen allait convertir un coup de réparation suspect pour une faute supposée de Pirard sur Vormer. Mais surtout, le Club avait retrouvé ses élans et ses impulsions offensives. En exploitant bien la profondeur, même s’il a galvaudé beaucoup d’occasions, il avait retrouvé ses élans offensifs. Mais son problème, tout neuf, de gardien de but n’a pas été résolu...