Jeroen Simaeys assure que le Club ne ternira pas son excellent parcours

Suivez le live de la rencontre dès 20h45

Luc Devroe: "Pas aussi fort que le Standard"

Jacky Mathijssen: "Rendre leur fierté à nos fans"

BRUGES Jeroen Simaeys s'érige doucement en un des leaders du Club Bruges. Le jeune défenseur polyvalent assume même de mieux en mieux ce statut.

Une dernière fois : que s'est-il passé dimanche contre le Standard ?

"Une conjonction de circonstances a précipité notre déroute, mais le Standard nous était supérieur."

Se rétablit-on vite d'un tel échec ?

"Oui... en prenant sur soi."

Le Club réalise-t-il une meilleure campagne que l'an dernier ?

"En championnat, pas encore. En Coupe Uefa, nous sommes beaucoup meilleurs."

Pourquoi le Club n'a-t-il toujours pas remporté un gros match ?

"Je ne peux pas avancer une vraie réponse. On n'a tout de même pas failli contre Anderlecht. On est bon en Coupe Uefa. Le Standard gagne ses gros matches, mais échoue à Roulers, contre Charleroi et contre Zulte-Waregem. Je trouve, sincèrement, que nous sommes forts. On n'a pas réalisé de gros coups mais avant le Standard, on n'avait perdu que deux matches. Le bilan n'est pas négatif."

La pression pèse-t-elle sur l'équipe ?

"Oui. Elle émane de la direction, de l'entraîneur, du public. Pour le groupe, elle est perceptible."

Comment battre Copenhague ?

"En étant malins. Au coup d'envoi, nous sommes qualifiés. Ne cédons pas à la précipitation. Cherchons à exploiter les espaces que l'adversaire nous ménagera. Mais pour moi, plus tôt nous ouvrirons le score, mieux ce sera. Nous avons, l'un et l'autre, partagé à Valence, le ténor du groupe. Bruges et Copenhague se valent."

Copenhague est-il essentiellement une équipe physique ?

"Ne versons pas dans le cliché. Van Heerden a évolué dans cette formation. Elrio n'est pas loué pour la robustesse de son gabarit."






© La Dernière Heure 2008