Simon Deli déplorait vivement un gaspillage peut-être inattendu.

Le Club a vécu sa première mi-temps blanche de sa saison. Blanche de toute action positive, blanche de toute combinaison rémunératrice impliquant plus de deux joueurs. Blanche de toute agressivité et de toute imagination. Un Club fantomatique, muselé par un Standard supérieurement organisé, qui avait placé ses cerveaux sous le boisseau.

Simon Deli ne contestait nullement cette analyse : "On savait, avant le coup d’envoi, que pour avoir une chance de remporter ce match au sommet, il ne fallait oublier aucun ingrédient dans notre production. Je le reconnais franchement : avant le repos, nous avons été mauvais."

Le défenseur ivoirien du Club décèle trois motifs à ce qu’on peut appeler un constat de carence : "D’abord, le Standard avait parfaitement étudié notre jeu pour museler nos points forts. Ensuite, nous avons concédé un but beaucoup trop tôt. Un but qu’on aurait dû éviter comme celui qui a permis au PSG d’ouvrir le score mardi dernier. Les deux fois, ces buts peuvent être imputés à une erreur de placement."

Le PSG, parlons-en justement : les Brugeois se sentaient-ils émoussés ?

Simon Deli ne repousse pas cette hypothèse : "À deux exceptions près, les titulaires contre le Standard étaient identiques à ceux qui avaient débuté contre le PSG. Cela a peut-être joué. Certains d’entre nous n’affichaient pas leur état de fraîcheur habituelle."

L’Ivoirien n’a pas ménagé ses efforts pour amorcer les relances des siens. Il n’avait cependant pas goûté sa prestation : "C’est dans des matchs de cette nature qu’il faut assumer le plus d’initiatives. Les défenseurs ne doivent ainsi pas seulement assumer les tâches qui leur incombent mais aider leurs partenaires en difficulté sur le plan offensif. Je l’ai fait à profusion mais je m’en veux : j’ai loupé pas mal de relances que j’aurais dû beaucoup mieux négocier."

Okereke, heureusement, s’est rappelé au bon moment au souvenir de ses supporters : "J’avais assuré à David qu’il allait marquer. Sa période de disette ne pouvait pas s’éterniser."

Le Club Bruges, qui voulait tout gagner chez lui, y a déjà gaspillé six points, sanctions de trois partages contre Eupen, Genk et le Standard.

Simon Deli avait fait le calcul, lui aussi : "Trois nuls à domicile, c’est trop pour un candidat au titre comme nous. Surtout compte tenu de la qualité de notre effectif."

Trois nuls concédés tous les trois après une sortie européenne…