Le Club Bruges se prépare à disputer, contre l'AEK Athènes, son 300e match de Coupe d'Europe, performance qui le situe au 21e rang des clubs les plus assidus dans les compétitions internationales.

Ses plus anciens supporters croisent les doigts: jamais encore depuis 1967, le Club ne s'est incliné au terme d'un match jubilé, que ce soit le 50e, le 100e, le 1507, le 200è ou le 250e.

Mais la génération actuelle se moque du passé. C'est également le cas de… Timmy Simons qui, titulaire en championnat à Zulte Waregem vendredi dernier, pourrait encore évoluer en défense centrale: "Je me sens en pleine forme et je suis disponible, disait-il hier après-midi, lors de la conférence de presse. Quand je suis revenu à Bruges, en 2013, je pensais ne jouer qu'une ultime saison. J'en ai disputé quatre… et je suis prêt à jouer encore le plus de matches européens possibles. Comme mes équipiers, je ne me focalise pas sur mon palmarès mais sur la rencontre de ce soir: on veut absolument bosser dur mais nous qualifier pour les poules de l'Europa League".

C'est également l'ambition d'Ivan Leko: "On n'est pas euphoriques parce qu'on a remporté nos trois premiers matches de championnat. On n'est pas non plus tombés en déprime parce qu'on a perdu à Basaksehir. On a bien étudié les différents systèmes de jeu expérimentés par l'AEK Athènes. On connaît ses points forts - cette équipe est capable d'imposer un pressing haut mais aussi de jouer le résultat - et également ses points faibles. Nous, nous voulons jouer notre jeu. Être enthousiastes, dominateurs et, surtout, ne plus offrir de cadeaux en défense. C'est à ces conditions-là qu'on pourra passer."

Ivan Leko récupère De Bock: "Laurens est très important pour nous", glisse l'entraîneur. Ce dernier pourrait - mais c'est peu probable - aligner simultanément pour la première fois Refaelov et Vanaken. Poulain - qu'on laisse encore reposer - et Perbet, quatrième attaquant - ne sont pas mobilisés.