Si l'on ne prête attention qu'au score, 0-4, que le Club Bruges a infligé à son grand rival gantois, on peut se dire que la victoire des champions en titre ne souffre d'aucune discussion. Si ce constat vaut pour la seconde période, les Brugeois ont connu une première mi-temps très compliquée à la Ghelamco Arena.

Premiers sur tous les ballons et appliquant un pressing qui ennuyait les Brugeois, les Buffalos auraient mérité d'inscrire (au moins) un petit but. Mais l'inefficacité des attaquants Yaremchuk et Depoitre, les sauvetages in extremis de Mignolet et Mata ainsi que quelques erreurs d'arbitrage en ont décidé autrement.

Des erreurs qui ont une fois de plus agacé l'entraîneur des Buffalos comme il l'a dit en conférence de presse : "Personne ne doit nous aider. Mais tout doit être correctement jugé. Toutes les décisions sont tombées du mauvais côté", a-t-il expliqué après la rencontre, "Cela a commencé avec Mignolet. L'arbitre fait d'abord un mouvement mais a hésité et n'a finalement pas sifflé. Mais ce n'est pas la plus grosse erreur. À la 46e minute, à 0-0, Depoitre est mis au sol par Denswil. Sur cette phase, il y a penalty à 100%, dans tous les cas. Il n'y a aucune discussion. Si nous prenons l'avance à ce moment-là, c'est une autre rencontre. Le Club est une forte équipe. Ils n'ont pas besoin d'aide."

Un penalty flagrant que même l'entraîneur brugeois Philippe Clément ne minimisait pas en conférence de presse et qui alimentera encore les discussions sur l'arbitrage et la VAR, deux semaines après le quart de finale de Coupe de Belgique entre le Standard et Bruges.