Dans la course au titre, le Racing a la cote. Mais Anderlecht a toujours son sort en main, et le Standard a d’autres atouts…

BRUXELLES Trois, deux, un, partez ! Le sprint final est lancé et les matches aller des playoffs 1 ont livré un enseignement majeur : le titre se jouera entre Genk, Anderlecht et le Standard. Bruges ? Il est trop loin et trop irrégulier.

Les choses auraient été bien différentes si les points n’avaient pas été divisés par deux au début des playoffs (proposition jadis faite par... Anderlecht). Le Standard n’aurait dès lors plus été mêlé à la lutte pour le titre, mais juste à celle pour la troisième place. Le sort est ironique : les Rouches , qui sont les plus anti-playoffs du club des six, sont les plus grands bénéficiaires de la réforme...

Si l’on s’intéresse à tous les scénarios possibles (voir par ailleurs), on comprend pourquoi Genk a les faveurs des pronostiqueurs. Et pas seulement parce qu’il est aujourd’hui seul en tête. Un atout majeur du Racing, c’est qu’il sera privilégié en cas d’égalité après la dernière journée. Pourquoi ? Grâce au premier critère – très belge – du règlement.

Le Racing a un autre avantage non négligeable : il affronte chez lui ses deux principaux concurrents. S’il les bat tous les deux, ce sera la voie royale.

Mais rien n’est encore fait et Anderlecht a d’autres atouts. Le Sporting fera surtout jouer son expérience et son efficacité dans les grands matches : cette saison, ce sont les Bruxellois qui se sont montrés les plus performants dans les confrontations entre grands .

Le Standard a pour lui sa forme du moment. Il compte aussi plus de victoires et une meilleure différence de buts. Mais ces paramètres ne rentreront en compte qu’en cas d’égalité avec… Anderlecht. Au moins, une chose est sûre : cette fois, il n’y aura pas de test-match !



© La Dernière Heure 2011