Les limbourgeois encaissent la plus lourde défaite de leur histoire en coupe d'Europe


VALENCE Si des pluies diluviennes s'étaient abattues ces derniers jours sur Valence, c'est pourtant le Racing Genk qui a complètement pris l'eau ce mercredi à l'occasion de la cinquième journée de la Ligue des champions. Si les limbourgeois n'avaient que peu d'espoirs de pouvoir passer l'hiver au chaud, la défaite de ce soir officialise l'élimination des limbourgeois. En s'inclinant 7-0 sur la pelouse du Mestalla, Genk a encaissé la plus lourde défaite de son histoire européenne. Le précédent "record" appartenait déjà à un club ibérique puisque le Real Madrid avait corrigé en 2002 le club champion de Belgique avec un cinglant 6-0.


Pour ce déplacement en Espagne, Mario Been avait pourtant étoffé son compartiment offensif en alignant d'entrée De Bruyne, Camus, Buffel, Barda et Vossen. Mais la défense, déjà sérieusement malmenée lors de son déplacement à Stamford Bridge fut une fois de plus le souci du technicien batave puisqu'il était contraint d'aligner une charnière centrale Hyland et Nadson. Vanden Borre avait l'occasion de montrer, face à une opposition plus relevée que la Roumanie, qu'il pouvait constituer une alternative valable pour le poste d'arrière droit de l'équipe nationale.


La première possibilité du match était pour Genk. Un bon ballon sauté de Töszer trouvait Buffel qui était déséquilibré dans les seize mètres par Topal sans que l'arbitre M. Chapron ne bronche.


Valence allait ensuite commencer son petit festival offensif. Dès la 10e, Jonas brisait la glace pour les locaux d'une belle tête sur un centre de la droite de Tino Costa. Le buteur brésilien se mettait ensuite au service de Soldado en lui distillant d'excellents ballons en profondeur. Il ne fallait d'ailleurs attendre que trois minutes pour voir les Naranjas faire le break via leur capitaine. Soldado se jouait de Hyland avant de placer hors de portée de Köteles.


Le portier magyar allait paradoxalement être le meilleur élément de son équipe en intervenant plusieurs fois à bon escient comme à la 23e pour éviter le 3-0 sur un nouvel essai de Soldado . Son vis-à-vis Diego Alves devait s'employer sur un envoi de Camus à la 33e. Quelques secondes plus tard, une reprise du plat du pied de Vanden Borre était sur le point de faire mouche, mais passait un rien à côté du montant droit du portier espagnol.


Genk allait ensuite définitivement sombrer en trois minutes. Aux 36e et 39e minutes, Soldado plantait deux nouvelles roses pour réaliser un parfait hat-trick. Les 22 acteurs rejoignaient les vestiaires pour prendre leur petite pause de 15 minutes sur un score de 4-0.


Dès l'entame de la seconde période, Mario Been faisait monter Mohammed Sarr pour tenter de stopper l'hémorragie. La défense limbourgeoise n'allait cependant tenir le coup qu'une vingtaine de minutes, moment choisi par l'équipe locale pour inscrire trois autres réalisations. Pablo Hernandez "claquait" le cinquième à la 68e d'une belle frappe enroulée du droit avant qu'Aduriz, monté à la place de Soldado, ne passe le sixième (70e). Enfin, Tino Costa complétait l'addition à 81e.


Grâce à cette victoire-fleuve, les Espagnols occupent désormais la deuxième place du groupe E avec 8 points. Les Genkois sont éliminés et joueront leur dernier match à domicile contre Leverkusen (le 6 décembre) pour l'honneur.

© La Dernière Heure 2011