"No words" (pas de mots, NDLR). Voilà comment avait réagit Joakim Mæhle après avoir appris que son transfert à Marseille avait capoté. Pourtant, tout semblait sur les bons rails. Avec une offre de 8 millions d'euros plus 4 de bonus, les dirigeants de l'OM pensaient pouvoir arracher celui qui devait remplacer Bouna Sarr, parti lui au Bayern Munich.


Pour le journal BT, le Danois était déjà revenu sur sa déception. "J'ai signé sur mes papiers lundi soir, puis je reçois un appel de mon directeur sportif (Dimitri de Condé) dix minutes avant la fermeture, disant qu'il n'y a pas d'accord final parce qu'ils ont demandé un peu plus d'argent. (...) Je m'assois sans voix. Je jette le téléphone loin de moi. Je n'ai rien à dire.

Pablo Longoria, le Head of Football sur la Canebière, avait également déploré le comportement des dirigeants limbourgeois. "On a cherché à ne pas être en difficulté pour la situation dans laquelle le club belge nous a mis dans le dernier moment, avec un changement de conditions après un accord. C’est la première fois que ça m’arrive dans le monde du foot. C’était particulier et je n’ai pas beaucoup aimé ce comportement, pour vous dire la vérité..."

A Genk, la version est quelque peu différente. Pour nos confrères d'HLN, Dimitri De Condé est revenu sur ce transfert avorté. "J'ai appris qu'il était en colère et cela a rendu les choses difficiles pour moi aussi" commence-t-il. "Je me rends bien compte que c'était une chance pour lui. (…) Ils (les dirigeants de l’OM, ndlr) pensent que nous aurions dû être plus flexibles. L'offre était attrayante et, en ces temps de crise sanitaire, beaucoup de clubs auraient directement accepté. Mais tout le monde doit s'y retrouver dans ce genre de transaction et ce n'était pas le cas pour nous". Avant ensuite de conclure que l'arrière droit de 23 ans aurait droit à un transfert "parce qu’il est trop bon pour rester à Genk".

En attendant, cette situation ne semble pas avoir trop perturbé le joueur qui a marqué un splendide but contre Charleroi ce dimanche.