Division 1A

"Bien sûr qu'on en rêve (du titre, ndlr). On est d'ailleurs très ambitieux", a commenté après la présentation du calendrier à l'Union belge de football Dimitri de Condé, le directeur-technique du Racing Genk, maillot jaune de la Jupiler Pro League au départ de la première des dix étapes du playoff 1. Une première étape contre Anderlecht, quatrième à six points, qu'il aura d'ailleurs tout intérêt à gagner. "On est bien conscient d'avoir une équipe extrêmement talentueuse. Mais on ne se considère pas pour autant comme favori. Plutôt comme un bon challenger...", a poursuivi le DT limbourgeois, très satisfait du menu proposé à son équipe.

On le serait d'ailleurs à moins puique non seulement le Racing Genk va jouer trois de ses quatre premiers matches à la Luminus Arena (le 30/3 contre Anderlecht, le 6/04 contre La Gantoise et le 14/4 contre Bruges), mais il terminera aussi à domicile face au Standard le 19 mai...

"Pas de quoi se plaindre, ni même de faire la fine bouche", admet De Condé. "C'est important et on ne va pas s'en cacher. D'autant que les supporters reviennent en masse pour stimuler encore un peu plus les joueurs, et les aider à se surpasser..."

"De toute façon", rappelle l'ancien joueur du Standard (et entre autres de Genk), "on a déjà atteint notre objectif qui était la conquête d'un ticket pour l'Europe. On est donc relax. Ce qui permet d'entamer le playoff 1 avec de très bonnes sensations..."

De Condé ne l'ignore pas, six des neufs derniers champions de la saison régulière sont ensuite devenus champions tout court. Mais il veut écarter la pression que cette statistique pourrait faire peser sur l'équipe.

"Avec la division des points par deux les écarts sont inévitablement faibles", commente-t-il. "Les émotions font partie du playoff 1 et il faudra savoir les contrôler. Mais c'est aussi avant tout un grand bonheur de pouvoir y participer. Je le répète, on rêve, on est ambitieux, mais sans regarder plus loin que le prochain match, puis le suivant, et ainsi de suite, jusqu'à la fin. On verra alors où on est. Certains me disent que c'est cette saison ou jamais. Je leur réponds que cela peut très bien être la prochaine aussi. Pour le moment tout ce qu'on doit faire, c'est bien préparer le premier match..."

Enfin De Condé n'a pas esquivé la question relative à l'absence de Pozuelo qui lui a forcément été posée.

"Il a fallu changer de système, mais même si on n'a pas gagné à Zulte Waregem (3-3, ndlr) dimanche, il a déjà fait ses preuves. Nos deux premiers goals le démontrent. L'orchestre va continuer à jouer de la très bonne musique, et j'ai même constaté que certains avaient retrouvé toute leur fraîcheur. Ito était par exemple impressionnant, et je ne parle pas de Piotrowski, qui a carrément régné au milieu du jeu. Le Roi est mort, longue vie au roi", a conclu le limbourgeois.