Le coach d'Anderlecht a tiré un vrai coup de chapeau à son équipe au micro de Proximus.

Thomas Foket : "On commence bien le match en première mi-temps. On a voulu aborder la deuxième de la même facon, mais voilà c'est Anderlecht, deux occasions, deux buts. Ils ont très efficaces. C'est un peu la même chose que pour les autres matchs où on n'arrive pas à marquer et à jouer libéré. C'est dommage, parce qu'on a fait un bon match."

Dennis Praet : "On était bien en bloc. On les a laissés jouer mais on était bien sur contre-attaque. On a aussi bien utilisé la vitesse d'Acheampong. C'est bien de gagner ici 0-2, alors qu'ils avaient très bien commencé le match. On ne savait pas trop comment défendre sur eux au début avec leurs changements tactiques, mais on a bien géré par la suite. Personnellement, je ne pensais pas encore aux Diables car ça ne commence que demain. Ce sera une expérience intéressante."

Silvio Proto : "Je savais qu'on allait avoir des occasions et on était concentré avec les défenseurs pour tenir le zéro. On a été réaliste devant le but, on a concrétisé le peu d'occasions qu'on avait. Ce n'était pas facile non plus après le déplacement à Arsenal. Dendoncker a aussi fait un bon match, il a bien empêché Raman de jouer."

Besnik Hasi : "On a eu des problèmes durant les 10-15 premières minutes mais on a ensuite dominé le match. On avait une bonne organisation, on s'est procuré des occasions et on marque au bon moment. En deuxième mi-temps, on ne leur a laissé aucune occasion à part la tête de Lepoint sur corner. Si on regarde les circonstances du match, avec les nombreux absents, je dis chapeau à mon équipe. On a eu des moments difficiles durant le mois d'octobre avec des blessés et des mauvais résultats, mais on a très bien réagi cette semaine."

Hein Vanaezebrouck : "The winner takes all. Le gagnant a toujours raison. On a tout essayé, on a dominé un grande partie du match, on s'est procuré le plus d'occasions et on a été la meilleure équipe sur le terrain. J'ai vu que mon collègue était plus nerveux que moi aujourd'hui. Mais voilà, il a gagné et il a eu plus de chance que moi. C'est comme ça, on ne doit pas être mécontents de ce qu'on a montré. Notre problème de concrétisation nous coûte cher à tous les matchs et on va continuer à travailler là-dessus. On compte aussi beaucoup trop de blessures, aujourd'hui encore avec Milicevic et Soumahoro."