L'attaquant liégeois Ishak Belfodil était quasi en colère au moment de répondre à l'interview. Tous ces points galvaudés, cela commence à faire beaucoup, selon lui. Voici toutes les réactions au micro de Proximus11.

Réginal Goreux: "On n'a plus gagné ici depuis 2007. Tout était parfait pour qu'on gagne, mais on ne l'a pas fait, comme la semaine passée. On va analyser tout cela et nous préparer, tout simplement. On aurait pu et dû prendre un 9/9. On reste sur trois points. C'est difficile à avaler. On sait que dans un mois, il faudra repartir. Les PO1? Evidemment qu'il faut y être. Quant à la phase avec Boli, il se laisse facilement tomber. Il n'y a pas de contact fautif, je mets le bras."

Ishak Belfodil: "Bien sûr que c'est insuffisant. Ça tourne à la faute professionnelle. Cela peut arriver aux grandes équipes une fois. Mais là, il y a une grosse désillusion chaque week-end. Il n'y a pas qu'un seul coupable. Chaque semaine, quelqu'un fait une petite erreur. On n'avance pas. Je ne sais pas ce qu'il se passe. Bon, on va régler ça en interne, ce n'est pas le moment de nous désunir. Mais cela commence à faire beaucoup. On aurait dû faire 9/9. Après, parfois, cela était indépendant de nous, comme contre Charleroi. Mais il y a Lokeren, et aujourd'hui ceci. On ne peut s'en prendre qu'à nous-mêmes. Ce sont les vacances, mais il va falloir faire une deuxième partie de saison béton. Repartir d'ici avec un point alors qu'on a joué à 10 contre 11 plus de soixante minutes, c'est bien sûr impardonnable. On voit des équipes terminer sur des scores énormes, alors que nous, on s'endort. Alors qu'il fallait juste conserver le rythme. Ce n'est pas une question de niveau, car on fait de belles choses. Des équipes devant nous se montrent moins séduisantes que nous. Nous, on joue bien, mais on ne prend pas de point. Cela ne sert à rien de bien jouer dans ce cas, si je peux l'exprimer ainsi. Je ne suis pas encore sûr d'aller à la CAN. C'est l'Algérie. Je n'ai jamais été sélectionné en trois mois par Leekens. Mais ce n'est pas grave, je soutiendrai l'équipe."

© Belga
Yohan Boli: "A la mi-temps, on savait que cela serait dur. On a réussi à prendre l'avantage, mais on commet une erreur et cela nous coûte des points. C'est dommage. Mes occasions loupées? Je me bats sur tous les ballons et cela m'a souri, tant mieux. Réginal Goreux me pousse un peu. Mais est-ce sifflable ? Je ne m'arrête pas là-dessus, je continue à jouer. On essaye de se battre pour récupérer un max de points. Vu le jeu que l'on produit, je ne pense pas que l'on doit regarder vers le bas."

Lucas Pirard: "J'ai eu chaud en fin de partie! Un peu de chance, même. On a fait un bon match à 10. C'est bien pour tout le monde de prendre un point face au Standard. Notre force, c'est notre solidarité. C'est ce qu'on doit faire dans un match pareil: se donner, s'engager, être solidaire. Cela m'a fait du bien de revoir mes amis et ex-coéquipiers. Je suis quand même content de ne pas avoir perdu contre eux (sourire)."

Aleksandar Jankovic: "C'est un mauvais match. On n'a pas su gérer le résultat, alors qu'on avait fait le plus dur. On n'avait plus qu'à tuer le match. On était mal en seconde période, on avait eu des avertissements. Mais on a perdu notre stabilité. On a fait n'importe quoi. Je m'expliquerai avec les joueurs dans le vestiaire, pas devant la presse. On a manqué de maturité, de contrôle, de tempo. Normalement, un match comme ça, on doit le tuer en première mi-temps. Il faut régler cela le plus vite possible. Il faut savoir aller chercher un deuxième but. On l'a déjà fait, mais pas ce soir. Mais on doit gagner ce match. On n'était pas sûr du tout, surtout sur les phases arrêtées de Peeters. Il faut aussi féliciter les joueurs de Saint-Trond, qui ont affiché une mentalité exemplaire et se sont donnés à fond à 11 contre 10. Ils ont même marqué deux buts. Chapeau à eux ! Nous, on a fait un mauvais match, mais eux ont réalisé un super match. Pourquoi Trebel ne fête pas son but ? Demandez-lui. Moi, je suis content qu'il ait marqué, c'était important. Cela aurait dû être le but qui débloque le match. En mettant Dossevi, je voulais plus solliciter les espaces entre les lignes. Mais en deuxième mi-temps, on a manqué de lucidité. On contrôlait le match, on avait tout en main, avec Enoh qui décrochait, Trebel quasi seul devant la défense. Trebel a fait un bon match, a pesé sur le jeu, mais ce n'était pas ça le problème."