L'Autrichien, engagé dimanche à la suite du licenciement d'Yves Vanderhaeghe, n'a toutefois pas encore dirigé les Vert et Noir sur le terrain. Il ne sera d'ailleurs pas sur le banc mercredi face à Malines en Coupe. "J'ai totale confiance en mes assistants Jimmy De Wulf et Miron Muslic", a déclaré le coach autrichien lundi lors de sa présentation officielle. "Aujourd'hui et demain, je vais observer, je dirigerai les entraînements à partir de jeudi". Soit deux jours avant le déplacement à Courtrai en championnat. Thalhammer se dit "fier" d'avoir signé au Cercle. "Le projet me parle", dit l'ancien entraîneur du LASK Linz. "Cette équipe a beaucoup de potentiel et dispose de joueurs talentueux. L'équipe cadre parfaitement avec ma vision. Nous voulons mettre la pression sur l'adversaire et je pense que nous avons les joueurs pour cela. Ces dernières semaines, le Cercle est parvenu à dominer son adversaire et à se créer des occasions. Il ne manquait pas grand-chose. Nous devons encore travailler quelques détails pour rendre l'équipe meilleure".

L'Autrichien s'est lancé dans une opération-sauvetage avec le Cercle, avant-dernier de la Jupiler Pro League avec 13 points en 16 rencontres. "J'ai vu une dizaine de matches du Cercle. Je connais bien le championnat belge", dit Dominik Thalhammer. "La saison dernière, j'ai affronté l'Antwerp avec Linz en Europa League. Je suis impressionné par le football belge, dynamique et très physique. Dans ma carrière de coach, j'ai été souvent confronté à des situations difficiles. Nous avons du pain sur la planche, mais nous allons convaincre les supporters en essayant de proposer du bon football", dit le technicien autrichien de 51 ans, qui s'est engagé jusqu'en juin 2023.

Yves Vanderaeghe, le prédécesseur de Thalhammer, a été limogé dimanche, alors que la veille, le Cercle venait de signer son premier succès à domicile de la saison en battant Malines 3-1. "Le timing peut paraître bizarre mais il s'explique par la situation personnelle d'Yves (qui vient de perdre son père). Nous avons beaucoup de respect pour Yves mais notre total de points n'était pas suffisant", déclare Vincent Goemaere, le président du Cercle. "La décision n'a rien à voir avec la personne Yves mais avec la situation sportive. Cette 17e place ne correspond pas à nos ambitions. Nous devons prendre des points, il n'y a plus d'excuses".