Lundi à partir de 11 heures, le conseil d'administration de la Pro League examinera la proposition de loi fiscale élaborée par le comité d'experts

 Il y aura sans doute aussi une discussion animée sur les droits médias. L'approche proposée par le groupe d'experts sur le droit fiscal pour augmenter les cotisations sociales du secteur du football suscite un double sentiment parmi les clubs professionnels. Il était prévu que le panel d'experts composé du Professeur de la VUB Michel Maus, du ministre d'État Johan Vande Lanotte (sp.a), de Thomas Van den Spiegel (PDG de Flanders Classics) et de Karl Dhont (responsable de l'intégrité de l'UEFA) s'attaque de manière approfondie au régime de l'Inami pour le sport de haut niveau.

Cependant, au vu des effets secondaires désastreux d'une telle abolition ou d'un tel ajustement, les experts indépendants préfèrent une "approche holistique", qui pourrait générer 25,2 millions d'euros pour le trésor public. Cette approche globale repose sur trois piliers. Un contrôle accru (par le biais d'une surveillance horizontale et d'une clearinghouse) devrait venir en aide aux autorités fiscales pour prévenir les abus. Une contribution de solidarité supplémentaire (joueurs à haut salaire, revenus des transferts, football européen, managers et secteur des jeux de hasard) est exigée de tous ceux qui bénéficient du régime favorable. Enfin, l'exonération de la retenue à la source sur les revenus professionnels devrait aller entièrement à la formation des jeunes et à un fonds pour le sport de haut niveau.

Ce n'était pas vraiment prévu, mais étant donné l'impasse dans laquelle se trouvent les droits médias, la Pro League ne peut pas éviter cette patate chaude. La candidature d'Eleven Sports, qui a obtenu les droits de 22 des 24 clubs pros, est valable jusqu'à mercredi. Il est donc urgent de faire participer l'Antwerp et Gand à la vente collective. L'accord peut être renouvelé, bien que d'autres conditions puissent y être attachées. Quoi qu'il en soit, la Pro League continue de croire qu'elle évitera le scénario dans lequel l'Antwerp, qui se veut plus gourmand, et Gand, qui a davantage confiance dans les opérateurs traditionnels, commercialisent leurs droits individuellement.

Toujours à l'ordre du jour: le conseil d'administration décidera si l'entraîneur du Cercle Bernd Storck devra payer ou non une amende de 5.000 euros suite à sa sortie contre l'arbitrage après le match contre Anderlecht (1-2). Enfin, les différentes options de la technologie sur la ligne de but et leurs prix respectifs seront réexaminés.