Anderlecht n’est pas le premier club qui ouvre ses portes à ses joueurs.

Genk a repris lundi passé. Sa stratégie ressemble plus ou moins à celle d’Anderlecht, mais les joueurs travaillent par deux.

Le Club Bruges propose des séances individuelles (facultatives) dans son centre d’entraînement aux joueurs qui le souhaitent, sous la surveillance d’un coach du staff.

Gand demande aux joueurs de passer une fois par semaine au club.

À l’Antwerp et à Courtrai, les joueurs peuvent travailler individuellement au club.

Au Standard, les joueurs suivent un programme individuel jusqu’au 1er mai. Ils sont récemment passés à l’Académie pour remettre les résultats de leur montre et récupérer un nouveau programme, obligatoire sauf pour les six joueurs placés au chômage.

À Charleroi, la donne n’a pas changé avec un programme individuel à suivre chaque matin. Trois fois par semaine, les joueurs se retrouvent via visioconférence pour un entraînement plus spécifique tous ensemble.

À Saint-Trond, Malines, Zulte Waregem, Mouscron, Ostende, Beveren et Eupen, les joueurs travaillent individuellement.

Au Cercle, où les joueurs sont au chômage technique, on ne s’entraîne plus.