Le Sénégalais s'est vu proposé un match de suspension. Alors que les deux équipes rejoignaient les vestiaires à la mi-temps, Seck est intervenu dans une discussion entre Selim Amallah et Björn Engels. Il a ensuite disjoncté lorsque le Marocain s'est adressé à lui, provoquant un début de bagarre générale devant les bancs, avant d'être exclu par Lawrence Visser.

Devant le comité disciplinaire, le Sénégalais a pu expliquer les raisons de sa colère mais a donné peu de détails. "Ses mots n'étaient pas racistes mais ils m'ont blessé. Comme je me respecte, je ne souhaite pas répéter ce qu'il a dit", a déclaré Seck, qui s'est excusé pour sa réaction. "Je ne suis pas une personne violente. Ce qui s'est passé n'aurait pas dû arriver."

Le parquet fédéral, de son côté, regrette que cette audience n'a pas permis de faire la lumière sur cette affaire. "Un joueur a réagi de manière très dure, émotionnelle et agressive à un incident. Malheureusement, nous ne savons toujours pas ce qui s'est précisément passé. Sa réaction était excessive mais il n'a attaqué personne verbalement ou physiquement. Une telle réaction n'est cependant pas permise. Un joueur doit pouvoir se contrôler."

Le procureur fédéral a proposé un match de suspension au défenseur anversois qui est toujours sous le coup d'un sursis d'une précédente suspension. Le comité disciplinaire rendra son jugement mardi soir.