Charmé par l’intérêt d’Anderlecht, Kevin De Bruyne ne se voit pas jouer ailleurs qu’à Genk, du moins en Belgique

GENK Le Cruyff belge  : la comparaison est osée, mais nombreux sont ceux qui considèrent que Kevin De Bruyne est le jeune élément qui possède le plus de talent, même si Eden Hazard et Romelu Lukaku lui contestent ce statut. De toute façon, comparer des joueurs est une chose tellement compliquée puisqu’ils ont chacun des qualités bien différentes et occupent même des postes différents.

Ce qui est clair, c’est qu’ils constituent des gibiers chassés à travers toute l’Europe. Cela n’a pas changé d’un iota la perle gantoise du Racing Genk. En plus d’un talent naturel balle au pied, Kevin est, au niveau humain, un savant mélange mêlant une étrange maturité pour son âge et un côté naïf, fleur bleue, qui a son charme. Il sait parfaitement ce qu’il veut et les objectifs à atteindre qu’il s’est fixés lui-même. Mais une simplicité naturelle le caractérise. Et ce qui ne gâche rien, il a hérité de son papa une bonne dose d’intelligence et un réalisme de bon aloi.

Pas question non plus d’en jeter plein la vue, ce n’est pas vraiment son genre.

“Il roule dans la voiture mise à disposition par le club (NdlR : une Focus), ne sait pas combien il y possède sur son compte en banque et se balade au quotidien dans un survêtement reçu de son partenaire personnel” , souligne Patrick Dekoster, son agent depuis de longues années. “Même lorsqu’il lui vient l’envie de s’offrir un nouveau téléphone portable, il se réfère à son père et à moi avant d’effectuer un tel achat. Et ce, même si sa cagnotte personnelle est copieusement garnie.”

“Même si j’ai 19 ans, je suis à l’écoute de mes parents et de mon manager”, clame Kevin. “Mes relations avec eux ne sont pas différentes du passé malgré ce changement de statut. J’ai toujours été bien guidé et mon entourage m’a mis sur les bons rails. Le seul point sur lequel j’avoue ne point écouter mon père, c’est le football. Papa n’a jamais pu émettre le moindre avis à ce niveau et aujourd’hui, je ne l’entends même plus...”

Et son père, Herwig, de confirmer : “Les parents se montrent trop protecteurs avec des enfants qui ont plus de capacités qu’on ne le pense et qui deviennent plus rapidement indépendants.”

Qui plus est, il est des plus agréables. Alors que la plupart des vedettes actuelles détestent les longues interviews et les contacts avec les médias, Kevin a fait preuve d’une grande disponibilité. Jamais il n’a jeté un œil sur sa montre.

“Cela fait partie de mon job et je ne me plains pas parce que les demandes sont filtrées. Je ne suis pas une vedette non plus; je peux me balader en rue sans être importuné à tout moment. Au début, c’était un peu curieux, mais on s’habitue aux demandes des fans.”

Tout de même, un footballeur professionnel de 19 ans vit bien différemment de la plupart des jeunes du même âge.

“J’ai très peu de temps pour des activités plus communes. Cela ne veut pas dire que je vis comme un moine, mais je suis bien conscient de ce que je peux et ne peux pas faire. Et pas question d’afficher une pointe d’envie. Quand je suis libre, je m’offre des vacances. Avec des amis d’enfance ou ceux du foot comme Dimitri Daeseleire. Mes hobbies ? Je ne suis pas très original : la Play-Station... L’école ? Je faisais ce que je devais pour obtenir mon diplôme, rien de plus...”

Des parents visiblement comblés et dont la tête ne tourne pas non plus. Pas plus à l’écoute des rumeurs qui conduisent leur fils non seulement à Anderlecht qui en avait fait une priorité l’été dernier en cas de départ de Boussoufa qu’à la lecture des grands clubs euro- péens intéressés.

“L’intérêt d’Anderlecht comme tous les autres m’a charmé, mais je suis pleinement focalisé sur Genk où tout correspond à mes attentes actuelles. Je ne m’imagine d’ailleurs pas évoluer ailleurs qu’à la Cristal Arena en Belgique. Pour progresser, je devrai franchir les frontières du pays malgré toute l’estime que je porte notamment au Sporting bruxellois. Je vous avouerai aussi que les nombreuses spéculations autour de ma personne ne m’empêchent nullement de dormir. Jusqu’à preuve du contraire, je suis au tout début de ma carrière et j’ai encore tout à prouver. J’ai même été surpris d’avoir été appelé aussi vite chez les Diables Rouges.”



© La Dernière Heure 2011