Au total, des ultras émanant de 19 clubs de l'élite veulent se mobiliser pour avoir gain de cause. Parmi eux, on retrouve notamment les Mauves Army et South Leaders (Anderlecht), les Storm Ultras (Charleroi), les Excel Boys (Mouscron), Brussels Power (RWDM), Union Bhoys (Union Saint-Gilloise), et les Publik Hysterik Kaos et Ultras Inferno (Standard).

Alors que le manager du calendrier de la Pro League avait annoncé que les matches ne se joueraient qu'exceptionnellement le lundi soir, il y a déjà eu six lundi de matches sur les sept premières journées de championnat. Eleven planifie les matches de la sorte afin qu'une seule et même personne puisse regarder l'intégralité des matches de Pro League. Plus jamais, deux rencontres ont lieu simultanément.

Mais les Ultras ne l'entendent pas de la sorte et veulent du changement et ils le font savoir dans cette lettre.

"La logique qui répond à ce choix du détenteur des droits télé est celle de l'argent, qui est ainsi généré et dont bénéficient allègrement les hautes sphères du football belge. Et ce, sans tenir compte de l'avis des premiers concernés, à savoir les supporters.

Dans une enquête réalisée en mai, à laquelle 5.600 personnes ont participé, 78% des répondants indiquaient qu'ils ne se déplaceraient pas un lundi pour suivre leur équipe à l'extérieur.

Il est aujourd'hui bon de se poser la question de l'avenir de notre football. Que voulons nous ? Des tribunes remplies, populaires et familiales, avec des horaires permettant à chacun de se déplacer ? Ou se laisser guider par des arguments purement et simplement économiques qui videront les stades à terme ?

Un nombre important de fédérations de supporters de D1A s'était mis d'accord début septembre pour demander une rencontre avec Eleven Sports. Malheureusement, cette initiative a été court-circuitée par la "National Supporters Federation".

Aujourd'hui, nous, groupes ultras belges, montons au créneau pour défendre un football populaire pour tous. Toujours mis au devant de la scène grâce à ça, ou à cause de notre ferveur poussée à l'extrême, il est de notre devoir d'assumer notre statut de porte-parole de nos tribunes respectives et de nous faire entendre, cette fois dans un autre contexte que celui d'un jour de match.

Le mouvement ultra belge étant désormais plus qu'ancré dans les stades de notre plat pays, le moment est venu pour nous de mettre nos rivalités de côté le temps d'un combat et de faire front, unis et solidaires, pour préserver ce qui reste encore de populaire dans notre football. Il est temps que les supporters reçoivent la place qu'ils méritent dans les processus de décision.

Nous signataires de ce communiqué, demandons à Eleven Sports et à la Pro League de revoir leur copie dès à présent et de recevoir dans les plus brefs délais une délégation représentative de supporters afin d'entendre et d'écouter les avis de tous", a écrit l'ensemble des groupes ultras.

Reste maintenant à voir si la Pro League est prête à entamer le dialogue.