Il a été élu à l'unanimité mardi, pour deux ans, et l'affaire a été conclue "en trois minutes", a souligné Peter Bossaert, le CEO de l'Union belge, qui avait fait de cet avocat de 57 ans son candidat.

Une marque de confiance qui conforte Paul Van den Bulck dans ses objectifs de rassembler et de consolider les liens entre toutes les composantes de la première fédération sportive du pays. "Je suis très honoré et heureux, mais tout commence maintenant et ce n'est pas un aboutissement", a souligné le nouveau président. "J'ai mis à profit mon année d'affiliation à l'Union belge comme administrateur indépendant pour rencontrer les différentes parties que j'ai trouvées animées par la même passion et qui font leur travail avec coeur et ma conclusion est simple: travaillons ensemble. La fédération est devenue un outil moderne, et a donné la priorité à la bonne gouvernance, en bonne intelligence et a été construite en pleine crise du Covid, cela symbolise cette transformation en des temps difficiles".

Paul Van den Bulck laissera à Peter Bossaert tout l'aspect opérationnel et se concentrera sur les aspects stratégiques et de représentation. "Mon rôle n'est pas du tout sportif et je ne joue aucun rôle là-dedans", a-t-il clarifié. "Le président n'est plus impliqué dans les fonctions opérationnelles et je serai impliqué dans les décisions stratégiques sur trois axes: rassembler, grandir et être responsable. Je veillerai aussi à assurer une bonne dynamique entre tous les organes de l'Union belge (le conseil d'administration, l'assemblée générale, le comité exécutif, la Pro League, le Voetbal Vlaanderen, l'ACFF) tout en les maintenant chacun indépendant en faisant en sorte qu'ils fonctionnent de manière collaborative".

Peter Bossaert: "Je suis fier de mon candidat, c'est un jour important pour la fédération"

Peter Bossaert n'a pas caché sa fierté d'avoir vu "son" candidat élu à l'unanimité mardi par le Conseil d'administration comme président de l'Union belge. 'C'est un jour important pour l'Union belge. C'est le premier président indépendant et à titre personnel, le CEO de l'Union belge a lancé à Paul Van den Bulck: "je t'apprécie beaucoup et cela me fait chaud au coeur de travailler ensemble."

Le directeur général de l'Union belge travaillera sur les aspects opérationnels, et les tâches quotidiennes. Le président aura un rôle plus stratégique et opérationnel. "C'est la conclusion d'un processus de bonne gérance qui a duré quatre ans à partir des changements de statuts en 2018 où l'on a posé les fondements sur lequel s'est construite la nouvelle fédération avec une séparation des rôles entre conseil d'administration et management", a rappelé Peter Bossaert. "Avant 2018, il y avait une association de fait et une asbl, qui ont été dissoutes. Avant, il y avait deux CA, maintenant il n'y en a qu'un avec moins de membres 10 au lieu de 12 ndlr) et avec une diminution de la durée des mandats (2 ans)".

Peter Bossaert était heureux aussi des perspectives d'avenir de l'Union belge. "Le développement du football sur le terrain ces dernières années se devait d'être couplé avec une évolution de la fédération. C'est ce qu'il se passe avec un développement au niveau des affaires, du digital et d'autres composantes. Nous sommes passés d'une fédération sportive à une entreprise sportive. Je suis fier d'annoncer Paul Van den Bulck comme nouveau président parce qu'il a le profil parfait avec son expérience et sa personnalité pour faire le lien en interne et avec l'extérieur. Il va nous permettre de nous développer dans le sens que nous avons choisi de nous développer".