Charleroi et le Standard vont écoper d'une amende de 25.000 euros chacun suite à l'arrêt de leur rencontre dimanche lors de la 17e journée de championnat en raison du comportement de leurs supporters, a annoncé Pierre François, le CEO de la Pro League lundi.

Lors du prochain Conseil d'administration de la Pro League (le 14 décembre), Pierre François fera ratifier la condamnation des deux clubs à l'amende prévue par le réglement de la Pro League en cas d'arrêt définitif d'un match. "Ceci ne sera pas discuté d'une part en raison de l'automaticité voulue de la sanction et d'autre part parce que j'ai déjà enregistré l'accord de MM. Mehdi Bayat et Bruno Venanzi sur ce point", a bien précisé Pierre François.

Le 19 février dernier, l'assemblée générale de la Pro League avait voté un règlement interne à la Pro League sanctionnant 'administrativement' les clubs pour les incidents causés par leurs supporters pour atteinte à l'image de la Pro League et de ses clubs par des amendes financières de 25.000€ ou de 50.000€ selon les cas.

Le CEO de la Pro League songe aussi à d'autres sanctions, comme celle d'interdire au club la vente de tickets à ses supporters pour un match à l'extérieur.

Plus tôt dans la journée, le Standard avait annoncé qu'il ne mettrait plus aucun ticket en vente pour ses supporters pour un match en déplacement au minimun jusqu'à la fin de la phase classique.

Par ailleurs, les deux clubs devront inévitablement comparaître devant l'Union belge. "L'application des sanctions prévues au Règlement fédéral de l'Union belge relève de la compétence de la Chambre extraordinaire des Litiges pour le football professionnel (et en appel de la Cour Belge d'Arbitrage pour le Sport)", a rappelé Pierre François qui a ajouté qu'il souhaitait que les "clubs concernés s'engagent à ne pas faire de ce dossier 'une longue bataille juridique' car il est important pour la qualité de la compétition qu'un message clair soit rapidement donné par le football professionnel. Sportivement, il convient par ailleurs que le classement intermédiaire de la Jupiler Pro League soit connu dans les plus brefs délais".


Le parquet de l'Union belge fera connaître ses propositions de sanction mardi

Le parquet de l'Union belge fera connaître mardi ses propositions de sanction à l'encontre de Charleroi et du Standard suite à l'arrêt définitif de leur rencontre dimanche lors de la 17e journée du championnat de Belgique en raison du comportement de leurs supporters.

Le parquet se basera sur les rapports transmis d'une part par l'arbitre de la rencontre, Serge Gumienny et d'autre part par le Match Delegate de l'Union belge, personne mise en place récemment par la fédération pour rapporter de façon précise les incidents qui se produisent lors des matches.

Le procureur fédéral Marc Rubens n'a pas voulu le confirmer déjà, mais il y a fort à parier que le parquet demandera l'exécution de la sanction d'un match à huis clos qui pend au nez du Standard sur base de la décision infligée en mars dernier au Standard suite aux incidents qui avaient émaillé un autre Charleroi/Standard en octobre 2015. Le Standard avait été condamné à un match à huis clos (qu'il a 'presté' contre St-Trond lors du premier match de championnat) et d'un match à huis clos avec sursis jusqu'en mars 2017.

Ce sera ensuite à la Chambre extraordinaire de la Commission des Litiges de l'Union belge à trancher.

La Pro League a annoncé lundi que les deux clubs recevront une amende de 50.000 euros sur base de son règlement interne.

Par ailleurs, Charleroi et le Standard doivent déjà comparaître devant l'Union belge mardi/demain pour deux autres dossiers. La Commission des litiges doit en effet rendre sa décision concernant Saint-Trond/Charleroi du 29 octobre, durant lequel les supporters carolos avaient allumé des fumigènes en tribune (Charleroi avait déjà affirmé qu'il allait payer l'amende de 25.000 euros infligée par la Pro League pour ce dossier), et Ostende/Standard du lendemain, où Silvio Proto avait été la cible de projectiles devant la tribune occupée par les Rouches.