Le parquet peut encore interjeter appel de la décision. L'Antwerp s'est imposé dimanche 0-1 dans le derby anversois, à l'issue duquel des bagarres ont éclaté entre les deux clans de supporters. La police a dû arrêter trois personnes, parmi lesquels un homme, qui a lancé un fumigène dans la tribune réservée aux supporters de l'Antwerp.

Le jeune supporter du Beerschot a pu être arrêté immédiatement et a écopé d'une interdiction de stade de trois mois décrétée par le parquet. Il a également été présenté au juge d'instruction, qui l'a arrêté pour tentative de meurtre, tentative d'incendie volontaire d'une propriété avec présence humaine et menaces.

Le suspect avait déjà été condamné en 2017 à une peine de travail de 100 heures pour coups et blessures volontaires sur un supporter de l'Antwerp.

Le Beerschot porte plainte auprès du Comité P pour "violence policière"

Le Beerschot a déposé plainte à la fois auprès du Comité P et du juge d'instruction pour "violence policière" après les incidents qui ont marqué le derby contre l'Antwerp dimanche dernier, a annoncé le club vendredi. Lors de la défaite 0-1 contre l'Antwerp dimanche dernier, un supporter du Beerschot a lancé un fumigène dans le bloc réservé aux supporters du 'Great Old'. Après le coup de sifflet final, des fans du Beerschot sont montés sur la pelouse pour tenter d'en découdre avec leurs rivaux. Des incidents condamnés par le matricule 13 et la Pro League.

Après avoir visionné les images, le Beerschot a cependant jugé que la police avait aussi dépassé les bornes lors des incidents. "Les images qui nous ont été envoyées et les différents témoignages reçus ces derniers jours sont inquiétants", a précisé le club dans un communiqué. "Il ressort des images et des témoignages que des personnes qui ne représentaient pas un danger ont été frappées par la police. De plus, de nombreux enfants et jeunes supporters ont assisté à la scène."

Le club anversois a donc décidé de porter plainte auprès du Comité P, l'organe de contrôle externe des services de police, et du juge d'instruction. "Le président et le club sont contre toute forme de violence mais souhaitent que ceux qui ont l'exclusivité de l'utiliser le fassent dans les règles. Le Beerschot et son président souhaitent que tout le monde se sente en sécurité dans le stade. Les autorités compétentes devront juger de la proportionnalité de la violence et devront agir et sanctionner le cas échéant."