Le suspense reste total. À sept rencontres de la fin de la phase classique, de nombreuses équipes se tiennent dans un mouchoir de poche.

Un écart minime existe entre le troisième (Genk) et le onzième (Charleroi) du classement de Pro League. Seulement quatre points. De quoi s’attendre à une fin de championnat haletante.

Confrontations directes

Et ce week-end pourrait bien valoir son pesant d’or. En enlevant le Beerschot, les treize premières équipes s’affrontent avec, en perspective, une qualification au sein du top 4.

Un top 4 qui ne sera qu’une formalité pour le Club Bruges et que devrait aussi atteindre l’Antwerp.

Pour le reste, bien malin celui qui peut prédire correctement la composition finale de ces Champions Playoffs. Au bout de ceux-ci, le champion sera envoyé en Champions League. Son dauphin sera reversé au 3e tour qualificatif de la C1, avec les poules de l’Europa League en ligne de mire en cas de défaite. Le troisième des PO1 jouera, lui, le troisième tour de qualification à la Conference League.

À noter également que le vainqueur de la Coupe de Belgique jouera les barrages pour l’Europa League. Si celui-ci fait partie des Champions Playoffs, chaque équipe du top 4 sera alors assurée de jouer un match européen en début de saison prochaine. Il n’y aura alors donc pas de barrage PO1-PO2. Le vainqueur des PO2 sera directement européen.

Derrière, les équipes classées entre la cinquième et la huitième place s’affronteront pour atteindre le barrage des playoffs. Le gagnant de ce barrage sera reversé au deuxième tour qualificatif de la Conference League.

Une fin de saison anticipée

Pour les clubs éjectés hors du top 8 à la fin de la phase régulière, l’histoire se complique. Leur saison se terminera le 16 avril, soit le jour de la fin de la phase classique.

Le sprint final est lancé et le moindre faux pas pourrait coûter cher. Les prétendants au top 4 sont prévenus…