Le Gantois, qui revenait du Carré , se défend : “On n’a rien fait de mal”

GAND Enfin une bonne nouvelle pour Christophe Lepoint et Sébastien Bruzzese. Après leur accident, survenu à 11h30 lundi, Gand a décidé de ne pas les licencier, mais ils devront payer une lourde amende. Christophe Lepoint, lui, est toujours à l’hôpital. Hier, il est sorti du silence. “S’il avait été sur le siège passager, il aurait perdu ses deux jambes” , souffle Pauline, sa copine.

Christophe, vous souvenez-vous de l’accident ?

“Non. Je dormais dans la voiture. Les pompiers ont dû m’en sortir. J’ai vu la photo de la carcasse : j’aurais pu y rester. J’ai eu de la chance.”

Que s’est-il passé dans la nuit de dimanche à lundi ?

“Bruzzese et moi sommes allés au Carré. Après, nous sommes encore allés manger un bout à Bruxelles puis nous sommes rentrés vers Gand.”

Vous aviez dormi entre-temps ?

“Non.”

Vous aviez bu ?

“On avait bu un verre, mais pas tant que ça. Et on venait de manger : l’effet était parti. J’étais en état de prendre le volant, mais Séba voulait conduire. Ce n’était pas un souci. Après l’accident, il a dû souffler : il était à 0,5. Il n’était qu’à une ou deux bières au-dessus de la limite. Il m’a dit qu’il s’était endormi au volant. Je ne lui en veux pas, mais Séba en a pleuré.”

Votre entraîneur vous avait-il permis de sortir ?

“Si on veut aller prendre un verre après un match, on n’a pas besoin de sa permission. Tant qu’on n’exagère pas...”

Sortez-vous souvent après un match ?

“Non. C’était la première fois depuis longtemps. J’ai une réputation de sorteur, mais elle vient de mon passé. Je suis avec Pauline depuis deux ans, j’ai changé.”

Avez-vous des regrets ?

“Bien sûr, quand je vois les conséquences. J’ai eu le temps de réfléchir, dans cette chambre. Mentalement, c’est dur. Mais je reviendrai. Et c’est la dernière fois que je sortais...”

Craignez-vous une sanction de votre club ?

“Non. Je ne me sens pas coupable. On n’a rien fait de mal.”



© La Dernière Heure 2011