L'ancien international néerlandais avait dû quitter son poste de directeur sportif de l'Ajax Amsterdam début février après un scandale. Overmars avait en effet, durant une longue période, envoyé des messages "inappropriés" à plusieurs collègues féminines, "J'ai honte de moi", avait alors confié Overmars. "Malheureusement, je n'avais pas réalisé que j'avais dépassé les limites, mais cela m'est apparu ces jours-ci. Je ne vois pas d'autre option que de quitter l'Ajax".

Marc Overmars était directeur sportif de l'Ajax depuis 2012. Depuis, l'Ajax a été quatre fois champion des Pays-Bas (2013, 2014, 2019 et 2021), remporté deux Coupes (2019 et 2021), joué la finale de l'Europa League 2017 et atteint les demi-finales de la Ligue des Champions en 2019.

Costume gris clair, cheveux légèrement gominés, Marc Overmars (48 ans) a pénétré d’un pas sûr dans la salle de presse de l’Antwerp, ce lundi 13h. L’ancienne star de l’Ajax, d’Arsenal et du FC Barcelone, nommée directeur sportif du club anversois, a répondu aux questions des nombreux journalistes présents.

<<< À lire également: Marc Overmars, le choix qui résume l'Antwerp: gagner à n'importe quel prix >>>

"Je suis très heureux de rejoindre ce club et ce projet. C’est un défi très ambitieux, a-t-il déclaré. Ce qui a été construit ici en quelques années est impressionnant, il y a un réel potentiel dans ce club et cette ville qui aiment le football, avec un grand engouement populaire. J’ai hâte de commencer le travail et je vais m’installer à Anvers."

Overmars a aussi été questionné sur son départ très délicat de l’Ajax, en février dernier, après un scandale sexuel. Il avait en effet envoyé des messages et photos inappropriés à plusieurs employées du club. "Ce qui s’est passé ne se reproduira plus. C’est derrière moi, je veux tourner la page et ouvrir un nouveau chapitre. Cela n’a pas affecté les discussions avec l’Antwerp", a déclaré l'ancien directeur sportif de l'Ajax dont il avait grandement contribué au renouveau européen.

L’actuel entraîneur de l'Antwerp, Brian Priske, récemment critiqué par le président Paul Gheysens, reste en place.

© BELGA