Le coach carolo était un peu frustré mais malgré tout satisfait de la performance des ses hommes. Il l'a expliqué au micro de VooFoot.

Clinton Mata : "C'était un match difficile. C'est une équipe qui joue en contre, alors il fallait fermer les espaces. Au niveau offensif, c'était plus facile, il fallait juste faire parler nos qualités. Je n'ai pas eu de chance sur ma première occasion et sur ma frappe sur l'équerre, mais ce sera pour la prochaine fois, j'espère ! C'était mon premier match, mais je me suis bien senti et je me suis laisser aller."

Laurens De Bock : "On a essayé de bien jouer, mais c'était un match difficile, Charleroi a joué sur son terrain. On a essayé de trouver des espaces mais on ne les a pas crées. On a eu des opportunités, on a essayé de jouer avec le collectif, mais ça n'a pas fonctionné."

Damien Marcq : "On a fait un bon match et on s'est bien repris après le match face à Lokeren en semaine. On a eu des belles occasions pour marquer, mais ça reste un bon point à prendre face à Bruges. On a fait le maximum pour les contenir défensivement. Maintenant, il nous faut un déclic pour se dire qu'on a la qualité pour jouer le haut du classement."

Neeskens Kebano : "On a fait un bon match et c'est un point mérité pour nous. Il nous a juste manqué de la réussite pour concrétiser nos occasions, mais on ne va pas cracher sur ce qu'on a fait, parce qu'on a fait des belles choses et c'est de bonne augure pour la suite."

Felice Mazzù : "On aurait pu prendre l'avantage à plusieurs reprises avec les occasions qu'on a eues. On a montré beaucoup d'envie et mis Bruges en difficulté. Les gars ont montré qu'après tout ce qu'il s'est passé, ils avaient encore envie que je sois là. On a montré qu'on avait un bel état d'esprit et qu'on pouvait rivaliser avec n'importe qui. On a affronté la meilleure équipe belge à l'heure actuelle et je félicite mes joueurs pour leur prestation face à elle. Mais au football, l'adversaire n'a pas d'importance, il s'agit surtout de soi et on doit prendre conscience qu'on peut jouer d'égal à égal contre les meilleures équipes."

Michel Preud'Homme : "Les deux équipes se sont créés des possibilités. On n'était pas à notre meilleur niveau alors que Charleroi était plus agressif et jouait avec cœur. On a eu un jour en moins que nos adversaires pour récupérer et on a senti un manque de fraîcheur qui a fait la différence. On aurait dû conclure nos actions. Pour le moment, on ne parle pas encore de pouvoir rejoindre Anderlecht, on se concentre sur ce qu'on doit faire."