Felice Mazzù et Mehdi Bayat acceptent d’enrôler un nouveau statut.

Malgré l’excellent début de saison de Charleroi (15 points sur 15) et le départ poussif des Liégeois (4 petites unités en cinq matches), aux yeux des boomakers, les Rouches demeurent favoris du choc wallon. Là où votre mise sera quadruplée en cas de succès des Zèbres, elle ne sera même pas doublée (cotes Betfirst) en cas de victoire des hommes de Ricardo Sa Pinto.

Du côté du Sporting, on se moque bien de ces prédictions statistiques et depuis quelques mois les Hennuyers ne souffrent plus d’aucun complexe d’infériorité par rapport aux Liégeois.

"L’année passée j’avais l’impression que cela faisait grincer des dents quand je disais que Charleroi était le premier club wallon", expliquait cette semaine le dirigeant carolo, Mehdi Bayat. "On ne veut pas se comparer au Standard, on veut juste écrire notre propre histoire et grandir doucement dans notre modèle d’évolution. Évidemment que le Standard reste un club historique en Belgique et son histoire est plus riche que la nôtre. Mais nous, tout doucement on a réussi, à force de travail, de faire de ce choc wallon un match qui a du sens. La rivalité entre les supporters de Charleroi et du Standard a toujours été présente mais elle a aujourd’hui une vraie raison d’exister. Ce qui n’était peut-être pas le cas à l’époque. Je me souviens de discours de nos supporters qui disaient, il y a quelques années, on peut jouer le maintien mais si on bat le Standard notre saison est réussie. Maintenant c’est un peu l’inverse. La donne a considérablement changé. Mais je le dis aussi très clairement, le dirigeant d’entreprise que je suis préfère voir Charleroi en playoffs 1 avec le Standard que Courtrai ou Ostende."

Et à la veille de défier les Rouches, Felice Mazzù n’a pas choisi d’utiliser la technique de l’autruche et de se cacher derrière des discours formatés. Pour le mentor des Zèbres, ses joueurs partiront avec l’étiquette de favoris.

"Ces dernières saisons, on a parfois voulu nous donner cette étiquette", narrait en conférence de presse le T1 carolo. "Cette fois, vu notre début de campagne, je veux bien l’assumer et accepter qu’on dise que nous sommes favoris pour ce match."

Non sans respecter les pensionnaires de Sclessin.

"Le Standard reste une grosse équipe de Pro League avec de belles individualités, à l’image de leurs trois derniers transferts : Cop, Cavanda et Carlinhos. Ce dimanche, nous partirons un peu dans l’inconnu vu les changements dans le noyau liégeois et l’absence d’Edmilson Jr."