Mouscron n’est pas descendu à Bruges. Les raisons de cette relégation pourraient se trouver dans les 21 buts encaissés dans le dernier quart d’heure, mais elles sont ailleurs. L’Excel paie sa gestion sportive à court-terme symbolisée par une direction qui n’a tout simplement pas le niveau.

On peut pointer du doigt Patrick Declerck même si le président a davantage un rôle d’ambassadeur. Il aurait pu toutefois écarter durant toutes ces années Paul Allaerts, directeur général au salaire plantureux qui n’a même pas su assumer sa tâche principale de décrocher la licence. Un ancien arbitre peut-il vraiment être compétent dans l’organigramme d’un club ? Les reconversions ne sont pas toujours réussies.

Diego Lopez l’a également prouvé. Intronisé directeur sportif après avoir été recruteur du LOSC et… journaliste en Espagne, celui-ci s’est vite intégré à la philosophie de la direction. Une communication absente et un costume taillé trop grand pour lui. Malgré ce manque de légitimité, le directeur sportif s’est vite signalé aux yeux des joueurs comme un élément perturbateur, présent à chaque fois dans les vestiaires et au bord du terrain d’entraînement avec l’envie de devenir le calife à la place du calife.

Jorge Simao connaissait la situation et le technicien devra également se regarder dans la glace à cause de certains choix même si le départ sous Fernando Da Cruz ne l’a pas aidé. Ce lundi, la tristesse s’est emparée des gens qui aiment le club. Pas sûr de retrouver dans ce clan des membres d’une direction incompétente.