Après une blessure au genou, Babacar Dione a fait son retour au Kehrweg.

237 jours. C’est la durée pendant laquelle Babacar Dione a été contraint de ronger son frein. La faute à une blessure aux ligaments du genou qui a nécessité une opération pour qu’il recouvre l’intégralité de ses moyens.

"C’est chouette de retrouver les terrains malgré la défaite. J’étais un peu nerveux quand l’entraîneur m’a indiqué que je montais au jeu mais une fois sur la pelouse, on oublie tout", admet celui qui s’était révélé lors des derniers playoffs 2.

L’ailier de poche avait d’ailleurs coché ces mêmes PO2 pour revenir mais son processus de guérison a été plus rapide. Le joueur de 22 ans s’était montré déjà bien en jambes lors du récent stage à Cadix. "J’ai repris tôt avec le groupe mais il fallait que je récupère ma masse musculaire. On a vu qu’il y avait un déficit sur cet aspect-là. J’ai donc délaissé les terrains pour travailler beaucoup en salle avec Alfred Ntiamoah afin de régler ce problème."

Malgré la frustration que peut engendrer ce genre de blessures, Dione a toujours gardé le sourire et une attache avec le groupe. "Je prenais plaisir à venir voir jouer mes partenaires même si à l’intérieur, tu te sens un peu mal de ne pas être avec eux", déclare-t-il.

Voilà cette période complexe derrière lui. Durant son absence, le club lui a offert une prolongation de contrat jusqu’en 2022. Une belle marque de confiance que le joueur veut désormais rendre. Et L’Excel aura bien besoin du virevoltant attaquant.