Sportivement, tout roule pour l’Excel. Il semblerait toutefois que ce ne soit pas le cas administrativement.

Alors que le club vit des moments historiques grâce à six victoires en autant de rencontres en 2019, il semblerait que du côté de la gestion du club, tout n’est pas au point. En effet, jeudi, les comptes du club ont été gelés et deux administrateurs par intérim ont été nommés, comme l’a confirmé le porte-parole du parquet fédéral, Eric Van der Sypt. "À la demande du juge d’instruction, tous les comptes ont été gelés et les fonds confisqués […]. Il a été décidé de nommer deux administrateurs intérimaires qui assureront temporairement la relève au sein du club."

Le 14 novembre dernier, sept perquisitions avaient été réalisées au club de football de Mouscron, chez des dirigeants du club, à l’Union belge, à la Cour belge d’arbitrage pour le sport (CBAS) et à Celles. Ces perquisitions, qui avaient été menées par la police judiciaire fédérale de Mons-Tournai, concernaient notamment le dossier d’obtention de la licence de l’Excel Mouscron ces dernières années.

Le dossier judiciaire avait été ouvert en avril dernier pour faux, usage de faux, escroquerie et blanchiment d’argent. Ce dossier impliquerait Pini Zahavi, ancien actionnaire majoritaire du club, qui aurait fourni des faux documents à la CBAS pour l’obtention de cette fameuse licence qui permet au club de participer aux compétitions professionnelles belges. Le but de cette manœuvre, réalisée par Pini Zahavi, était de faire croire à la commission des licences et à la Cour belge d’arbitrage pour le sport qu’il ne possédait plus le club de Mouscron. Lorsque Mouscron s’est vu refuser sa licence dans un premier temps, le club a donc présenté à la CBAS des documents dont la justice suspecte qu’ils sont faux.

En effet, Pini Zahavi aurait revendu 90 % des parts de Mouscron à une société basée à Malte pour 10 euros à peine...

Cette mesure, qui est de geler les comptes du club, est assez stricte et résulte dès lors des conséquences de l’enquête qui est menée depuis le mois d’avril dernier. Les enquêteurs soupçonnent aussi le club d’être soutenu par un financement illicite de plusieurs millions d’euros émanant de sociétés offshore.

Une annonce qui met dès lors la licence du club pour la saison prochaine en danger. Patrick Declerck, le président de Mouscron tempère toutefois : "Le club va communiquer ce jeudi à ce propos par voie officielle. Tout ce que je peux dire pour le moment, c’est qu’il n’y a aucune raison de s’alarmer et que la continuité du club est assurée."

À noter que cette enquête est indépendante du dossier connu sous le nom de Footgate.