L’avance de deux buts gâchée en moins de dix minutes dimanche au Beerschot avait douché une première fois les Hennuyers. La sortie dans la presse des salaires impayés en mars à cause d’une somme d’un million que n’a pas versée le Losc a-t-elle été le coup de trop à la veille d’un match très important pour le maintien face au Standard ?

"J’ai été très surpris que ça sorte dans les journaux. Ce n’est pas une situation problématique car nous ne sommes que le 5 et le club n’est pas en faute car il a légalement jusqu’au 10 pour nous verser nos émoluments. C’est certes inhabituel car nous avons l’habitude de toucher notre salaire le 1er jour du mois mais ça va vite se régler. C’est beaucoup de bruit pour rien", réagit Jorge Simao.

Le technicien se concentre sur le sportif et souhaite s’appuyer sur ce qu’il a vu au Beerschot. "C’était le match parfait. On a défendu à merveille et on a marqué lors de moments clés. C’est incom préhensible de ne pas gagner mais on a retrouvé des valeurs."

Face à des Liégeois qui leur ressemblent sur certains aspects, comme les problèmes à la finition et une défense perméable, l’Excel ne peut pas se manquer ce dimanche au risque de voir ses chances de maintien diminuer sévèrement.

"Je regarde le classement mais mon discours reste le même. Malgré la frustration engendrée par nos mauvaises fins de matchs, je suis confiant quant à notre prestation. Je ne sais pas si la qualification du Standard en Coupe apportera aux Liégeois un excès de confiance ou un bonus au niveau du mental. Le plus important, c’est de préparer mon équipe et mes joueurs et penser à nous."

L’entraîneur devra se passer de Silvestre, toujours touché à la cheville. Un énième problème même si la charnière Lepoint-Agouzoul a bien fonctionné au Kiel. Les Mouscronnois doivent faire abstraction d’un contexte peu rassurant alors qu’ils jouent leur survie sur le terrain.