On ne peut pas encore vraiment respirer au Canonnier tant le matricule 216 nous a habitués à être régulier dans l’inconstance. Les Hennuyers ont tellement été frappés d’une mauvaise nouvelle après un bon résultat qu’ils ne peuvent se permettre de crier victoire trop vite.

Il y a tout de même de quoi souffler car Waasland se retrouve désormais distancé à cinq longueurs. Contrairement aux dernières semaines, Mouscron est parvenu à réaliser la bonne opération du week-end dans le bas du tableau, au grand dam de Saint-Trond qui reprend un ticket dans la course au maintien en voyant les Hurlus revenir à deux points. "C’est une victoire difficile mais très importante. Dans les dernières minutes, le match est devenu chaotique mais on a su montrer du courage", réagit Simao. Après avoir pris l’avantage à l’issue d’un auto-goal de Siquet après un bon travail de Da Costa qui a décalé Tabekou, les Mouscronnois n’ont pas craqué en offrant un bloc compact et en ne tremblant pas dans les dernières minutes, contrairement à leurs mauvaises habitudes.

Ils ont pu compter sur un Koffi irrésistible qui a soulagé ses partenaires dans ses sorties aériennes. "Dans d’autres rencontres, on a été malheureux en prenant un but en fin de rencontre. Après avoir ouvert le score, on a donc décidé de défendre", commente Bakic. Sans être flamboyants dans le jeu, les Frontaliers repartent avec les trois points avec la prouesse de ne pas avoir cadré une frappe. Un succès qui fait du bien mentalement et sur le plan comptable.

Même si les ailiers n’ont pas été performants dans leur 4-2-3-1, le Rem n’a pas ménagé ses efforts et il fallait voir la fatigue de Nuno Da Costa en fin de rencontre pour se rendre compte de leur débauche d’énergie.

Une force de caractère exceptionnelle

"Maintenant, on doit regarder nos concurrents directs. Chez nous, personne n’aime venir même si Ostende, notre prochain adversaire, est l’équipe en forme du moment. L’année passée, on était sauvés avec trente points mais on va aller chercher le maintien", assène le Monténégrin.

On en oublierait presque que les salaires ont été impayés même si le souci devrait être réglé cette semaine. L’Excel a montré une force de caractère exceptionnelle qu’il faut conserver jusqu’à la fin de la saison. Un ingrédient qui sera nécessaire jusqu’au bout si Mouscron souhaite disputer sa huitième saison d’affilée parmi l’élite l’an prochain. "Il faudra 35 points", prévient Simao. Les pensionnaires du Canonnier se trouvent à six points du bonheur. En attendant, ils ont réussi à clôturer une semaine particulière de la plus belle des manières.