Si contrairement aux autres années, l’ingérence des agents au sein de la direction ne leur est plus reprochée, c’est l’incapacité de Gérard Lopez à assurer la continuité financière du club qui a abouti à cette décision. L’homme d’affaires hispano-luxembourgeois, via sa société Joga Bonito, n’a pas respecté ses engagements. La lettre de confort disposait d’un apport de fonds de l’ordre de 6,2 millions €. Or, le club n’a reçu à ce jour que 700 000 €.

On apprend également que la société qui détient l’Excel a reçu 8,5 millions € de prêts de la part d’autres personnes dont l’identité est inconnue car… le club n’a pas fourni les documents nécessaires à la Commission des licences. Le matricule 216 a décidé d’aller devant la CBAS pour contester la décision.

Anderlecht a la licence mais sera surveillé de près

Concernant les autres clubs, le Standard et Charleroi ont obtenu leur licence sans problème. Au contraire d’Anderlecht qui l’a reçue, mais dont la situation financière sera surveillée de près par la Commission des licences. En raison d’un dossier incomplet, Ostende est recalé. Enfin, Virton réintègre la D1B après un an de bataille judiciaire.