Les erreurs en fin de rencontre coûtent cher aux Mouscronnois.

Deux points sur douze et surtout cinq points perdus dans les dernières minutes de jeu lors des quatre dernières rencontres de Mouscron. Cette donnée fait très mal aux Hurlus qui cherchent depuis quelques semaines leur second souffle.

Ce jeudi soir encore, Mouscron a pris un but dans les arrêts de jeu. Évidemment, sur les nonante minutes de match, Saint-Trond mérite sa victoire mais quand les joueurs luttent pour arracher un point, il est rageant que le but de la victoire tombe lors de l’ultime minute de la rencontre.

Ce but de la victoire trudonnaire est tombé un peu de la même manière que celui de l’égalisation de Malines au Canonnier. Les Hurlus pouvaient gérer la fin de match et devaient simplement contrer les offensives adverses. Comme face aux Malinwa , on retrouve Jonathan Bolingi dans le rôle du vilain petit canard. C’est lui qui provoque le coup franc aux 40 mètres de Jean Butez. Et c’est lui aussi qui ne parvient pas à empêcher Goutas de placer sa tête.

"On doit être beaucoup plus malin que cela", rageait Mircea Rednic qui avouait avoir peu dormi dans la nuit de jeudi à vendredi. "Je leur donne toujours mon exemple. Je fais 176 cm et j’étais défenseur central. J’avais un bon timing mais je ne pouvais pas toujours prendre le ballon de la tête. Alors il faut savoir embêter l’adversaire pour qu’il ne fasse pas ce qu’il a envie de faire. Il existe plusieurs moyens de déstabiliser un adversaire. Mais pour cela, il faut de l’expérience."

Cette expérience n’est pas présente dans le groupe de Mircea Rednic. Mais c’est aussi une volonté de la direction sportive des Mouscronnois qui ont voulu transférer à moindre frais. Mais un joueur d’expérience, cela coûte. Mais nul doute que le Roumain en fera une priorité lors du mercato de janvier. "Je ne veux pas encore parler de cela…"

D’autres évoquaient aussi un manque de concentration dans le chef des joueurs de Mircea Rednic. On ne peut leur donner tort. Les erreurs, qui ont tendance à se répéter, de Jonathan Bolingi, viennent d’un manque de concentration, d’une certaine nonchalance de la part de l’international congolais.

Certains joueurs font preuve aussi d’un manque de fraîcheur dans les dernières minutes de jeu. Cela implique quelques soucis de lucidité dans les dernières minutes de jeu. "Mais sans toutes ces erreurs, on pourrait avoir cinq points en plus au général. Et peut-être même un sixième avec celui que nous aurions pu prendre face au Standard."

La défense totalement décimée

Aristote Nkaka a levé les yeux au ciel jeudi soir sur la pelouse du Stayen lorsqu’il a pris son cinquième carton jaune de la saison, synonyme de suspension. Le Diablotin savait qu’il plongeait Mircea Rednic dans de sales draps.

"Surtout que depuis quelques matchs, il montait en puissance", analysait l’entraîneur roumain. "D’ailleurs, je suis persuadé que c’est là sa meilleure place et non dans le milieu de terrain. Il a un bon timing, une bonne anticipation. Pour un défenseur central, il est assez technique et il sait être agressif. Je vais devoir discuter avec lui."

Si Mircea Rednic pestait, ce n’était pas uniquement parce qu’il ne pourra pas compter sur Ari Nkaka dimanche soir. Mais parce qu’il savait que ce forfait s’ajoutait à d’autres : Teddy Mézague ne sera pas encore remis de sa blessure au genou et le constat est le même pour Christophe Diedhiou et sa cuisse. Jeudi soir, il a aussi perdu Jérémy Huyghebaert dont on ne sait toujours pas s’il souffre d’une élongation ou d’une déchirure à la cuisse.

Et à ces forfaits-là pourraient s’ajouter ceux de Logan Bailly, malade et toujours absent des entraînements ce vendredi, et de Dimitri Mohamed qui effectuera un test ce samedi pour voir s’il sera apte pour la venue des hommes de Lazlo Boloni.

Bref, Mircea Rednic va devoir une nouvelle fois composer avec une nouvelle défense inédite. "Je ne vais pas m’en cacher, la solution sera la titularisation de Nathan de Medina puisque c’est le seul défenseur central qui me reste."

À l’ancien Anderlechtois de prouver ce dimanche face à l’Antwerp qu’il peut être plus que la 5e roue du carrosse.

Sur le flanc gauche, c’est Nikola Gulan qui pourrait pallier le forfait de Mohamed.