Pour la première fois, Jérémy Perbet revient sur son été compliqué avec sa mise à l’écart à Gand, puis son départ de Bruges.

Le prêt de Jérémy Perbet à Courtrai, lors du dernier jour du mercato, avait surpris pas mal de monde : l’attaquant n’est finalement resté que deux mois à Bruges cette saison.

Le buteur est revenu pour la première fois sur son été difficile. "J’ai d’abord été mis dans le noyau B de Gand : c’était inattendu par rapport à la saison que j’avais réalisée là-bas et ça a été difficile à vivre. C’était injuste. Je n’ai ni un mauvais caractère ni une mauvaise mentalité. Tout ce que j’ai fait à Gand, je l’ai plutôt bien fait, si l’on regarde mes statistiques…"

Le 1er juillet, l’attaquant avait alors été vendu à Bruges pour un million d’euros.

"Le Club avait besoin d’un attaquant pour le début du championnat parce qu’il avait des doutes sur Wesley et Diaby. Malheureusement pour moi, ils sont tous les deux à un bon niveau de forme et ma situation s’est compliquée. J’aurais pu rester sur le banc à Bruges mais à 32 ans, je ne suis pas dans cette optique. Je veux jouer. Même dans un grand club, si tu ne fais que trois ou quatre matches dans l’année, tu es vite oublié…"

Courtrai est donc venu délivrer Perbet. Plutôt que Charleroi, où son nom était cité.

"Charleroi, ça reviendra forcément à tous les mercatos. Mais le Sporting a une très bonne équipe et n’avait pas besoin d’attaquant à ce moment-là. Le club a voulu garder la stabilité de son noyau et il n’est pas revenu vers moi."