La Pro League persiste et signe pour une D1A à 16 sans Waasland-Beveren la saison prochaine. Cette solution ne sera pas revotée ce vendredi, suite au refus (attendu) des Waeslandiens et du Cercle d’organiser une assemblée générale en urgence. Elle le sera donc le… 31 juillet, pour des questions de délais juridiques. Soit huit jours avant le début thérorique de la saison 2019-2020, prévu le 8 août.

Pour l’instant, il n’y a pas de plan B, a indiqué Pierre François, confiant sur ce point précis. On va tout faire pour débuter à la date prévue”, ajoutait Peter Croonen, le président de la Pro League, en sortant du CA de ce lundi.

Durant ce conseil d’administration, les avocats de la Pro League ont présenté les différentes options sur la table (jouer à 16, jouer à 17, jouer à 18, jouer à 20). Des options qui entraîneront toutes des recours de clubs s’estimant lésés. Et ils sont arrivés à la conclusion que la D1A à 16 était, juridiquement, la solution la plus défendable. La moins mauvaise, finalement.

Désormais, le CA va rédiger un avis… presque unanime (Eddy Cordier, le président de Zulte Waregem et membre du CA n’ayant pas donné son accord) à présenter à l’assemblée générale du 31 juillet. Et le vote devra atteindre la majorité absolue (la moitié des suffrages +1) et non une majorité de 60 % ou 80 % pour être validé comme il ne s’agit pas d’un changement de format de compétition et conformément au règlement UB. On risque donc moins d’éviter le chaos…

Le tout, sans aller à l’encontre de la Cour belge d’arbitrage pour le sport. Ce n’est pas de l’acharnement, soulignait encore Pierre François. On essaye de garder le cap en tenant compte tant de l’avis de l’Autorité belge de la concurrence, qui a valeur de décision d’une autorité publique, et de la CBAS, qui est une cour d’arbitrage privée. Mais les deux décisions ne sont pas contradictoires. La CBAS a validé l’arrêt de la compétition mais a estimé qu’il manquait de motivation dans le fait d’organiser la finale retour de D1B alors qu’on a arrêté la D1A. À nous d’expliquer avec plus de détails pourquoi nous avons pris ces décisions.

La Pro League croise maintenant les doigts pour que le 31 juillet soit le dernier jour d’une saga qui a trop duré. “ Notre championnat ne doit pas devenir un combat de juristes. Le nouveau slogan de la Pro League est ‘Plus proche du football’. Et plus loin des litiges.