Une image que le virologue Marc Van Ranst n'a pas appréciée. Il a d'ailleurs réagi en pointant du doigt la commune et son bourgmestre, Willy Demeyer, qui n'ont pas pu empêcher cet attroupement : " Vous vous demandez où est le bourgmestre, en tant que chef de la police. Lors d'un match au sommet, vous savez que de telles scènes sont possibles. Il faut s'y préparer. Surtout à un moment où il y a beaucoup de cas supplémentaires à Liège".


Si, selon lui, la grande majorité des supporters respecte les mesures mises en place, de telles images envoient un mauvais message auprès de la population qui, elle, maintient ses efforts : "Les trois quarts des supporters respectent les règles de distanciation. Mais pour la perception, ce n'est pas bon. Les gens ne sont pas autorisés à voir leurs grands-parents, mais les étudiants et les supporters de football ont, eux, le droit de voir beaucoup plus de monde. Ce n'est pas une bonne chose. "

Enfin, la Pro League s'est également prononcée sur le sujet via son responsable communication, Stijn Van Bever, qui, tout en condamnant lui aussi cette situation, a précisé que la League n'avait aucun pouvoir en dehors des stades. "Le football est une passion, mais de telles scènes ne sont pas bonnes. La Pro League désapprouve cette situation. Nous n'avons pas le pouvoir d'agir en dehors des murs du stade. Mais les règles sanitaires s'appliquent à tous, de la plage d'Ostende à Liège, en passant par la place Saint-Pierre à Gand. Chapeau aux centaines de milliers de fans qui vivent leur passion dans le respect des règles" a-t-il déclaré.