Nos confrères du Laatste Nieuws ont interviewé Mircea Rednic à quatre jours de Gand-Standard et ses retrouvailles avec les Liégeois. Pas question de prendre des pincettes au moment de revenir sur son limogeage du Standard : "Je suis toujours en colère contre Duchâtelet. Il n'a montré aucun respect pour mon travail. Il a profité de mes bons résultats pour faire preuve d'autosuffisance. Les premières semaines, de Sart et lui se planquaient pour se rendre au stade et leurs compagnes n'osaient même pas les accompagner. Quelques mois plus tard, ces mêmes épouses étaient aux premiers rangs dans la tribune d'honneur."

Et celui qui a qualifié le Standard pour l'Europa League de revenir sur une anecdote croustillante : "Au lendemain de mon arrivée à Sclessin, le président m'a dit: 'Tu ne connais pas encore l'équipe. Voilà, j'ai mis le onze sur papier.' J'ai pris le document et je l'ai déchiré sous ses yeux. Dès ce jour j'ai su qu'il me virerait si la moindre chose ne lui convenait pas".

Notons enfin que celui qui juge que Luzon travaille dans la continuité de son boulot ("il pratique quasiment le même football que moi") se montre très ambitieux : "Je ne quitterai pas les Buffulos sans avoir remporté le titre. Oui, vous m'avez bien compris, je ne quitterai pas Gand sans être champion".