Giuseppe Rossini vient de marquer son premier but avec Malines


Posez vos questions à Alan Haydock: le VIP de la semaine prochaine


Suivez tous les championnats belge et européens en direct


MALINES Bien que les Malinois se soient qualifiés pour les 8es de finale de la Coupe, c'est une équipe elle aussi malade que Mons va affronter ce soir. Une surprise eu égard aux noms composant la formation de Peter Maes (Renard, Vrancken, Gorius, Rossini, etc.). "On sort d'un bilan d'un point sur quinze et, dans ces conditions, difficile de nier que cela ne va pas très bien , acquiesce Giuseppe Rossini. C'est une petite crise qu'on traverse et on en a intérêt de se reprendre ce soir car le public commence à perdre patience. En début de saison, il était impensable de perdre des points chez nous face à des équipes comme Tubize, Westerlo ou dernièrement Roulers. Je pense que notre entraîneur est dans la même situation inconfortable que Thierry Pister..."

Difficile de s'illustrer individuellement lorsque le collectif ne tourne pas et ce n'est pas le Louviérois de 22 ans qui dira le contraire. Titulaire lors des deux premières rencontres, l'international espoir n'a joué que 40 minutes lors des neuf parties suivantes, sans trouver le chemin des filets. "Je suis revenu en Belgique pour être titulaire mais il est difficile d'aller à l'encontre du coach, d'autant que j'ai dû me faire opérer à la main. Actuellement, il privilégie Vleminckx (quatre buts). Mis à part Vrancken, le banc de touche est le lot de la majorité des transferts puisque même Gorius n'est pas indiscutable. Mon but en Coupe m'a fait le plus grand bien en vue du match face à Mons. C'est un match à six points car dans la foulée, on affrontera le Cercle et le Standard. On aurait donc préféré que Mons se qualifie face au Lierse. Il ne se serait pas présenté le couteau entre les dents..."

Actuellement malheureux, l'ex-attaquant d'Utrecht est impatient d'en découdre avec son ami Alessandro Cordaro, avec qui il joua à La Louvière. "Je l'ai appelé cette semaine. À la fin du match, un de nous deux sera plus déçu que l'autre, même en cas de match nul. Cela satisferait davantage les Hennuyers."



© La Dernière Heure 2008