Christophe Lepoint: "On s'est chié dessus, je n’avais jamais vu une telle paralysie"

Les Métallos veulent retenir le visage montré en seconde période et s’en servir contre Charleroi.

Franken Michaël
Christophe Lepoint: "On s'est chié dessus, je n’avais jamais vu une telle paralysie"
©BELGA

Comment expliquer cette première période apathique des Sérésiens ? L'explication avancée par Christophe Lepoint est aussi explicite que précise : "Je ne vais pas dire qu'on s'est chié dessus, mais on n'a pas joué. On a subi, comme à Zulte Waregem."

José Jeunechamps abondait dans le sens de son capitaine : "Je n'avais jamais vu une telle paralysie. Personne ne se parlait."

Les Sérésiens semblaient perdus sur le terrain, incapables de se défaire d'un contexte impressionnant pour des joueurs peu rodés aux matchs parmi l'élite. "Quand un joueur d'Anderlecht sort un grigri, il faut savoir le remettre à sa place, reprend Christophe Lepoint. En première mi-temps, on jouait fort bas, on ne mettait pas de pression, on ne gagnait pas les duels, on ne prenait pas les deuxièmes ballons."

Le déclic s'est opéré à la pause. Une franche discussion dans le groupe a permis à tout le monde de se remettre les idées en place. "On s'est dit les choses, qu'il fallait davantage oser jouer et ne pas avoir peur. Résultat : on a mieux fait circuler le ballon. Il y a de la qualité dans ce groupe, je le vois tous les jours à l'entraînement, mais il faut qu'un déclic s'opère dans la tête."

Un succès face à Charleroi et Eupen semble une condition sine qua non pour lancer cette saison. À ce titre, le premier but inscrit lors de celle-ci, peut libérer une équipe transie par le stress. "Il faut y aller à fond, quitte à perdre. Osons jouer un cran plus haut dès la première minute, on a montré qu'on savait le faire à Anderlecht."

José Jeunechamps est convaincu : "Je vois du mieux sur le plan offensif après chaque séance."

Le Pairay ne demande qu’à le constater samedi.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be