Abdoulaye Sylla fier après la victoire dans le derby: "Nous sommes devenus des adultes"

Voici le mode d’emploi qui a permis à Seraing de signer un exploit à Sclessin.

Franken Michaël
Abdoulaye Sylla fier après la victoire dans le derby: "Nous sommes devenus des adultes"
©BELGA

Les larges sourires, la communion avec les supporters et la sono balancée à fond dans les vestiaires ("Freed From Desire" de Gala pour les mélomanes) : les Sérésiens ont bien fêté leur succès sur la pelouse de Sclessin, et il était bien difficile de leur donner tort. "Ce genre de succès, cela se fête deux fois plus", souriait Mathieu Cachbach.

L’heure est à la joie, mais aussi à l’analyse.

Seraing doit se servir de cette rencontre pour poser les bases de son jeu. Pour une fois, chaque joueur est parvenu à éviter la petite erreur individuelle qui plombait le collectif et les consignes ont été parfaitement respectées. "Je pense que nous avons appris des erreurs du passé. Nous cassions le jeu ou accélérions quand il le fallait", expliquait Abdoulaye Sylla. "Défensivement, il s'agit de notre match référence. Une clean sheet, cela fait toujours du bien pour le moral. À nous de garder la même concentration lors des prochaines semaines."

La trêve internationale a permis au groupe de retrouver de la fraîcheur mentale et physique, mais aussi de travailler un esprit de groupe toujours difficile à forger lorsqu'un nouveau joueur débarque tous les deux jours. "L'entraîneur nous découvrait et nous connaît mieux aujourd'hui. Il sait donc mieux qui il a en face de lui. Néanmoins, je ne pense pas qu'on assiste à la naissance du groupe. Nous sommes passés par différentes phases, avec des faux pas lors de la jeunesse et l'adolescence, mais aujourd'hui, nous sommes devenus des adultes, si vous saisissez ma métaphore", souriait Sylla, qui portait le brassard en l'absence de Christophe Lepoint.

La dizaine de nouveaux transferts devait également découvrir toutes les spécificités de notre compétition. Parfois sous-cotée en France, elle nécessite un temps d'adaptation pour être parfaitement appréhendée. "Le football, c'est violent et difficile. Je pense qu'il fallait se frotter au foot belge, le vivre de l'intérieur pour bien le comprendre. Aujourd'hui, tout le groupe a franchi cette étape."

Les Sérésiens n'ont pas été déstabilisés par l'ambiance de folie qui a accompagné l'entrée sur la pelouse des joueurs, contrairement à ce qui s'était passé à Anderlecht, ce qui témoigne d'une maturité grandissante. Une évolution indispensable pour respecter le plan mis en place durant la semaine. "Le Standard n'a pas trouvé la solution grâce au pressing imposé dans le cœur de la ligne médiane. De notre côté, nous avons été performants en reconversion. Nous aurions même pu davantage aggraver la marque", reprenait Mathieu Cachbach.

Derrière chaque succès se cache un danger. Seraing va vite devoir retomber les pieds sur terre, dès samedi et la réception très importante d'Ostende. Gagner à Sclessin et s'incliner contre les Côtiers sonnerait comme un gâchis. "C'est vrai que cette euphorie peut représenter un danger mais je ne crois pas que nous aurons un excès de confiance", dit Abdoulaye Sylla, rejoint par Cachbach. "On est un groupe de vainqueurs, personne n'a la grosse tête."

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be