Ces deux dernières années, le choc wallon a orienté la suite de la saison du Standard.

"Soit on se laisse couler, soit on réagit."

Après la déroute à Bruges, les Standardmen étaient bien conscients de l’importance du prochain match, à savoir la venue de Charleroi à Sclessin. Le choc wallon devrait être un tournant dans la saison des Rouches. Comme cela a été le cas les deux dernières saisons.

2015-2016 : tournant positif

Mené 2-1 sur la pelouse de Charleroi, le Standard de Yannick Ferrera retourne la situation après une interruption temporaire du match. Jelle Van Damme puis Renaud Emond inscrivent chacun un but au cours des cinq dernières minutes pour permettre à leur équipe de s’imposer 2-3.

"Personne ne le sait, mais ton but à Charleroi a changé l’histoire de ce club", avait écrit Yannick Ferrera dans un message d’adieu à son capitaine. Cela avait en effet permis aux Liégeois de mettre fin à huit matches sans victoire et de quitter la dernière place du classement. Cela n’avait pas suffi pour que le Standard se qualifie pour les playoffs 1… mais Yannick Ferrera et Cie avaient sauvé leur saison en gagnant la Coupe.

2016-2017 : tournant négatif

Alors que le marquoir du Mambourg affiche 1-3, le match est arrêté suite au mauvais comportement des supporters. "C’est trop facile de se cacher derrière cela maintenant", confie Aleksandar Jankovic. Mais le coach serbe admet que "c’était un match important, dans un contexte spécial. Renverser la situation dans un choc wallon est important pour une équipe fragile au niveau mental. Rebondir de cette manière était super intéressant et pouvait booster notre confiance". Autrement dit, oui, ce match aurait pu être un tournant positif au lieu de devenir un tournant négatif.

2017-2018 : quel tournant ?

Le Standard est à la rue alors que Charleroi joue la tête. La différence avec les exemples précédents, c’est que le match se joue à Sclessin. Les points communs, c’est que les Rouches sont en crise et que le choc wallon devrait à nouveau être un tournant dans leur saison. Reste à savoir s’il sera positif ou négatif. Une victoire pourrait lancer Sa Pinto et ses joueurs. Une défaite, qui plus est à domicile cette fois, risquerait de placer le Portugais sur un siège éjectable et d’accentuer la crise de confiance.