Comme les dirigeants et joueurs, les Ultras carolos veulent éviter les incidents

Si, du côté de Liège, on a vu fleurir divers calicots peu aimables envers le Sporting Charleroi tout au long de la semaine et que cela s’est chauffé entre les deux camps sur les réseaux sociaux, du côté du Mambourg, toutes les composantes du club tentent de faire tomber la pression avant le choc wallon de dimanche entre un Charleroi en pleine bourre depuis l’entame de la saison et un Standard peu brillant.

"Cela reste du football malgré la rivalité qui existe entre les deux clubs, expliquait, dès le début de la semaine, Mehdi Bayat. Quand j’entends certaines choses, cela me fait froid dans le dos. Le plus important, c’est que les gens puissent venir assister à un spectacle, car c’est cela le football. Chaque supporter à un rôle d’ambassadeur et j’espère que les ambassadeurs du Sporting Charleroi à Liège donneront une bonne image. Celle que nous essayons de bâtir depuis cinq ans."

Un message qui semble avoir été bien compris par certains supporters du Sporting qui ne veulent pas que leur club soit pénalisé à la suite d’agissements qui seraient considérés comme répréhensibles. Dans leur lettre d’information de la semaine, le Storm Ultras 2001, l’un des plus importants groupes de supporters du Sporting, se montre très clair : "Nous vous demandons d’être intelligents dans le comportement collectif de cette rencontre. Nous vous demandons de ne rien jeter sur le terrain. N’interrompons pas le match, ne jetons rien sur le terrain ou la tribune adverse."

Les responsables demandent même à leurs membres d’intervenir physiquement s’ils remarquent que quelqu’un ne respecte pas les consignes.

Du côté des joueurs, on a essayé de ne pas faire attention au contexte particulier de cette rencontre avec, notamment, un discours clair et intelligent de Christophe Diandy : "Même si on sait que le contexte du match est spécial pour nos supporters, on va juste disputer un match de football. On ne part pas à la guerre."