Il est le président de l’année 2010

Michel Dubois
Il est le président de l’année 2010
©BELGA

La première décision de Roland Duchâtelet à Saint-Trond : instituer Wilmots coach

LIEGE En 2010, la Ligue Pro a élu Roland Duchâtelet président de l’année.

Six ans auparavant cet entrepreneur de haut vol de 65 ans, né à Merxem, ingénieur civil en électronique, licencié en sciences économiques appliquées et titulaire d’un MBA, s’était laissé émouvoir par l’appel au secours de Saint-Trond VV, qui traversait d’inquiétantes turbulences financières et qui souhaitait lier son sort à un sauveur.

Roland Duchâtelet reprit le club, par le biais du sponsoring principal, et y exerça la fonction de président sans, de son propre aveu, “connaître grand-chose en football”.

Dans un premier temps, l’homme politique qu’il fut aussi posa des conditions de rachat draconiennes dans l’espoir que le club lui oppose une fin de non-recevoir. À sa grande surprise, les dirigeants de l’époque de Saint-Trond VV réfléchirent pendant vingt-quatre heures avant d’accepter son diktat. La première décision majeure de Roland Duchâtelet en tant que président de Saint-Trond fut d’offrir à Marc Wilmots le poste d’entraîneur.

Revenu à ses premières amours, l’adjoint de Georges Leekens chez les Diables Rouges s’employa à étoffer un effectif notoirement insuffisant pour l’élite. Ses initiatives ne plurent pas aux anciens hommes forts en place : Marc Wilmots fut bientôt contraint de s’effacer.

À Saint-Trond, ce fils d’un père francophone et d’une mère néerlandophone ne se contenta évidemment pas d’exercer un rôle figuratif. Sous son impulsion éclairée, le club trudonnaire réussit une petite prouesse en 2009-2010 : il se hissa dans le Top 6 . En Guido Brepoels, Roland Duchâtelet avait déniché l’entraîneur idoine. Il le soutint toujours.

Parallèlement, ce détenteur de plusieurs sociétés, multimillionnaire, s’employa à métamorphoser des installations devenues tellement vétustes qu’elles faisaient figures d’anachronisme dans le landernau footballistique belge. Il n’a jamais dissimulé son ambition : offrir à Saint-Trond un cadre de développement inédit.

Dans un premier temps, il érigea une nouvelle tribune, spacieuse, et bâtit un hôtel avec vue sur la pelouse.

À l’heure actuelle, le Stayen est en chantier : le club rénove ses vestiaires, bâtit une nouvelle tribune principale qui camouflera un vaste parking souterrain et inaugurera une pelouse synthétique.

Roland Duchâtelet ne demeura pas inactif non plus dans les instances fédérales sur lesquelles il posa un diagnostic sans complaisance et au sein desquelles le rôle de trublion ne lui a jamais déplu : “Je trouve anormal que le CA de la Ligue Pro soit composé de représentants des clubs. Chacun d’eux vote en fonction de son propre intérêt au lieu de privilégier l’intérêt général”, ne cesse-t-il de déplorer. “Des études montrent pourtant ce qu’il faut faire. Pourquoi ne copions-nous pas les pays où le football fonctionne bien ?”

Lors des discussions, ubuesques, sur la réforme du championnat, Roland Duchâtelet s’érigea en héraut des petits clubs partisans d’un retour à une compétition à dix-huit.



© La Dernière Heure 2011

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be