José Riga : “Je sais ce que je vaux”

D.D.M.
José Riga : “Je sais ce que je vaux”
©Belga

Le T1 rouche s’appuiera sur sa philosophie

et sur sa personnalité pour faire ses preuves

LIEGE

Comme l’ensemble du staff et comme le directeur sportif, José Riga a signé un contrat de deux ans au Standard. Il endosse le rôle d’entraîneur principal.

“J’ai été surpris d’être contacté. Mon nom n’apparaissait pas dans la presse. Mais cela ne veut pas dire que je suis surpris que le Standard ait pensé à moi. Après mon expérience à Mons, j’ai repris à un échelon inférieur, mais j’ai bossé. Je sais que Roland Duchâtelet n’est pas un homme qui prend des décisions sur un coup de tête. S’il a fait appel à moi, c’est qu’il apprécie mon travail et ma personnalité”, dit José Riga.

Certains estiment que vous n’avez pas le profil.“Il y a toujours une première fois. Je suis lucide, je sais que ce sera difficile. J’ai été T2, je sais ce que ce sera d’être T1. Mais je sais aussi que je peux m’appuyer sur des garanties : le travail, le staff, les joueurs, les infrastructures, la confiance de la direction. Si Porto n’avait pas fait confiance à Villas-Boas, il ne serait pas à Chelsea. Le président de Mons me compare à Arsène Wenger ? C’est un coach dont j’apprécie le travail et le comportement. Et son approche des jeunes. Il a eu la chance de faire une bonne rencontre avec un président qui croyait en lui…”Vous avez l’image d’un coach tendre. Trop tendre pour le vestiaire du Standard ?“Je sais ce que je vaux dans le vestiaire. Je dis cela sans prétention. Je ne vais pas me battre contre l’avis des gens, je vais bosser pour amener le Standard le plus loin possible. Je ne vais pas changer ma personnalité, ni ma philosophie : proposer du beau jeu, efficace, faire progresser les joueurs et essayer d’intégrer les jeunes.”Êtes-vous inquiet à l’idée de perdre des joueurs importants ?“Un coach n’est jamais certain de conserver son noyau. Mais je sais que le club veut bâtir une équipe solide. J’aimerais garder tout le monde. Si un joueur reste, il doit en avoir l’envie. S’il part, il faut que chacun s’y retrouve…”Ce sera difficile de faire mieux que la saison passée. Est-ce une pression supplémentaire ?“Les grandes choses ne se réalisent que sous pression. Mais ma méthode, c’est le travail au quotidien. Le dialogue. La rigueur. Cela dit, ce serait stupide de ne pas retenir sur ce qui a bien marché. Je vais m’appuyer sur les matches référence de la saison passée en ajoutant ma touche. Le groupe est bien et reste dans une spirale positive. On n’a pas beaucoup de temps, mais on ne part pas de zéro. On sera prêt.”

© La Dernière Heure 2011


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be