Non, Scholz ne viendra pas à Anderlecht

Une rumeur surprenante a animé les réseaux sociaux mercredi : Alexander Scholz quitterait le Standard pour rejoindre Anderlecht. Rumeur renforcée par la présence de Stijn Francis, le conseiller du défenseur danois, au match amical d’Anderlecht à La Manga en fin d’après-midi.

Christophe Franken
Standard's Alexander Scholz pictured during day three of the winter training camp of Belgian first division soccer team Standard de Liege, in Marbella, Spain, Saturday 06 January 2018. BELGA PHOTO YORICK JANSENS
Standard's Alexander Scholz pictured during day three of the winter training camp of Belgian first division soccer team Standard de Liege, in Marbella, Spain, Saturday 06 January 2018. BELGA PHOTO YORICK JANSENS ©BELGA

Une rumeur surprenante a animé les réseaux sociaux mercredi : Alexander Scholz quitterait le Standard pour rejoindre Anderlecht. Rumeur renforcée par la présence de Stijn Francis, le conseiller du défenseur danois, au match amical d’Anderlecht à La Manga en fin d’après-midi.

Alors, un nouveau cas Trebel un an après ? Non, Scholz ne viendra pas à Anderlecht. Le RSCA n’est pas intéressé par le profil du Standardman. Et Francis n’était pas là pour Scholz, mais pour suivre la prestation contre Utrecht de Sambi Lokonga, le petit frère de Mpoku, dont il est également le représentant.

Mais d’où vient cette rumeur, dès lors ? Des proches du dossier n’hésitent pas à laisser filtrer le nom de clubs intéressés ces derniers jours. Anderlecht mais aussi le Club Brugeois et Bordeaux (qui vient pourtant de trouver son défenseur avec l’arrivée de Baysse en provenance de Malaga) feraient, à les écouter, le forcing pour Scholz.

Pourquoi de telles manœuvres ? Simplement pour tenter de faire bouger un dossier qui est totalement au point mort. Le Standard réclame 2 millions pour le transfert définitif de Scholz. Même si c’est moins que la somme déboursée par les Liégeois pour l’acheter à Lokeren (2,5 millions), le prix refroidit les candidats, notamment en Russie où le joueur rêve de signer.

Plusieurs formations sont sur le coup mais, vu le statut de réserviste du joueur depuis plusieurs mois en bord de Meuse, elles proposent toutes la même formule, plus prudente : un prêt de six mois avec une option d’achat. Et ça, les dirigeants du Standard ne veulent pas en entendre parler. Ils ne discuteront que d’un transfert définitif, histoire de récupérer rapidement du cash pour s’offrir du renfort dès ce mercato d’hiver.


Tous les scores de la Jupiler Pro League en live

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be